La directrice de la CS des Rives-du-Saguenay, Chantale Cyr, et la présidente, Liz Gagné, ont tenté de répondre aux nombreuses questions des membres du Syndicat de l'enseignement du Saguenay.

Retour de Liz Gagné: séance des commissaires houleuse

Pour son retour à la présidence de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay (CSRS), Liz Gagné a vécu une séance de conseil des commissaires plutôt mouvementée, mardi soir, alors qu'une cinquantaine de membres du Syndicat de l'enseignement du Saguenay (SES-CSQ) étaient venus manifester leur mécontentement.
Après avoir été assermentée sous les applaudissements des syndiqués présents, Liz Gagné a dû faire face aux revendications et aux reproches des représentants syndicaux. « L'ambiance qui règne en ce moment est négative et démotivante, déplore la vice-présidente du SES-CSQ, Diane Paradis. On ne refuse pas les changements s'ils sont positifs pour les élèves, on demande seulement d'être consultés dans la prise de décisions. » Mme Paradis rapporte également que les enseignants se sentent abandonnés et en colère face à ce manque d'échanges.
Pour sa part, le vice-président du syndicat du personnel de soutien, Yvan Bilodeau, regrette les coupes dans les effectifs du personnel de soutien. « Il y a une perte de trois postes, mais on ajoute un nouveau gestionnaire. On assiste à une mise en péril du bon fonctionnement des établissements et du service offert aux élèves », constate M. Bilodeau.
Selon plusieurs membres du SES-CSQ, les professeurs viennent à bout des ressources qui leur sont proposées et « ont beaucoup de questions, mais peu de réponses ».
Désinformation
Invitée à répondre aux personnes présentes par Mme Gagné, la directrice générale de la CSRS, Chantale Cyr, a tenu à rectifier certaines informations. « Ce que je constate quand je vais dans les différents services, c'est qu'il y a de la grande désinformation dans les écoles, et ça entraîne de l'inquiétude », remarque-t-elle. Elle a tenu à rappeler que l'objectif commun de la CSRS et du SES-CSQ était la réussite éducative des élèves. Elle souhaite s'assurer du respect de la convention collective et des conditions de travail du personnel enseignant. « On ne veut pas vous faire travailler davantage. On va travailler en partenariat avec les enseignants, mais laissez-nous le temps », a-t-elle promis, face à des syndiqués peu convaincus.
En ce qui a trait aux coupes des postes de soutien, Mme Cyr a spécifié qu'il s'agissait d'emplois non remplacés à la suite de départs à la retraite. Un poste d'enseignant à temps complet sera créé pour l'année scolaire 2017-18 et un fonds monétaire a été débloqué pour l'ajout de service direct pour les élèves. « Dans toutes ces démarches, on est guidés par la réussite des jeunes », précise-t-elle.
Elle a aussi assuré que tous les sujets de discorde soulevés pendant la séance du conseil des commissaires seront abordés dans les comités « relations de travail » qui regroupent des commissaires et des membres d'écoles.
Pour sa part, Liz Gagné affirme ne pas être au courant des revendications soulevées par les différents syndicats. « Je suis très surprise, mais avec tous les groupes de discussions qu'on a, je ne suis pas inquiète et je sais qu'on va trouver un terrain d'entente », conclut-elle.