Même s’il a offert des centaines de conférences, Jimmy Sévigny éprouvait tout un stress jeudi à l’idée de monter sur la scène de son école secondaire.

Retour aux sources pour Jimmy Sévigny

Au cours des dernières années, Jimmy Sévigny a donné plus de 1500 conférences, dont 800 en milieu scolaire. Pourtant, jeudi, il était habité par le stress quelques minutes avant de monter sur la scène de l’École secondaire des Grandes-Marées de La Baie. Pour une première fois, il retournait à l’école secondaire qu’il a lui-même fréquentée. Là où il a vécu certains des pires moments de sa vie, mais sans quoi il ne serait pas qui il est aujourd’hui.

« Je suis stressé de revenir ici, a confié d’emblée le conférencier et coach personnel aux quelque 550 jeunes réunis. Je revois certains des profs qui m’ont enseigné à cette époque. Je revois les lieux. »

Jimmy Sévigny avait été invité par l’école secondaire dans le cadre des Journées de la persévérance scolaire. « Ça faisait plusieurs années qu’on voulait l’accueillir dans le cadre de cette semaine. On est heureux que ça ait fonctionné cette fois », affirme Ginette Tremblay, directrice de l’établissement d’enseignement.

Pendant près d’une heure, il a raconté son histoire aux élèves de troisième, quatrième et cinquième secondaires. Ceux-ci sont restés attentifs, même s’il a dépassé de quelques minutes l’heure qui lui était allouée.

Même s’il l’a prononcée maintes fois, la conférence avait un air différent cette fois. Jimmy Sévigny a ajouté certains détails et identifié des lieux puisque les élèves pouvaient facilement les reconnaître.

Jimmy Sévigny a raconté les grandes lignes de son enfance. Il a parlé de son poids. De l’intimidation dont il a été victime dès l’âge de 8 ans. À 11 ans, il avait déjà atteint un poids de 250 livres et cumulait les problèmes de santé. Il a raconté le « cauchemar » qu’il a vécu en secondaire 1 et 2, une époque où il « mangeait » des volées, où on lui criait des insultes et où certains sont allés jusqu’à lui cracher au visage.

En secondaire 3, il a décidé qu’il ne ferait plus rire de lui. « Je suis passé d’intimidé à intimidateur », avoue-t-il avec regret.

Alcool, drogue et malbouffe faisaient alors partie de son quotidien. À 16 ans, il avait atteint un poids de 400 livres. À 18 ans, la balance affichait 425 livres.

452 livres

Lorsqu’il a entrepris des démarches pour une chirurgie bariatrique, le médecin a enregistré un poids de 452 livres. Il a été placé sur une liste d’urgence. Il devait tout de même attendre cinq ans.

« Quand j’ai vu ça, je me suis dit que j’allais profiter encore plus de la vie. »

Jimmy Sévigny a partagé plusieurs photos de son enfance et de son adolescence afin d’illustrer tout le chemin parcouru.

Les mauvaises habitudes ont pris encore plus de place dans sa vie.

À 19 ans, après un épisode où il avait englouti d’énormes quantités de malbouffe, son coeur a cessé de fonctionner quelques secondes. « J’ai fait un micro infarctus. Ce jour-là, une partie de moi est morte », assure-t-il.

Puis les paroles de quelqu’un ont fait toute une différence.

« Un jour, un gérant qui m’avait embauché m’a dit : ‘‘Si tu voulais, tu pourrais accomplir de grandes choses’’. Cette phrase a changé ma vie. J’ai décidé de me battre. »

Il a décidé de se prendre en main. Un jour à la fois. Parce que les obstacles ont été nombreux et qu’il partait de loin, même de très loin.

Jimmy Sévigny s’est mis à l’entraînement. Il a changé ses habitudes alimentaires.

Quelques années plus tard, il réalisait un Ironman avec une mention puisqu’il avait réalisé l’un des meilleurs temps.

Celui qui n’avait aucun intérêt pour l’école a complété un Baccalauréat en enseignement de l’éducation physique et à la santé avec une moyenne de A-.

« Aujourd’hui, je vous parle de persévérance. Pas de perte de poids. Cette histoire, c’est la mienne, la vôtre est différente. L’important, c’est de persévérer. »

Puis il a conclu sa conférence avec une phrase qui semble avoir atteint les jeunes.

« Si aujourd’hui tu te dis que ta vie va mal, respire. C’est une mauvaise passe, pas une mauvaise vie. Inévitablement, les choses vont aller mieux. »

Les élèves inspirés par son parcours 

La conférence de Jimmy Sévigny a suscité l’intérêt des élèves de l’École secondaire des Grandes-Marées, jeudi. Plusieurs jeunes ont même profité de la disponibilité du conférencier pour lui confier certaines de leurs préoccupations après la rencontre. 

Une fois la cloche sonnée, plusieurs élèves ont pris le temps de remercier le conférencier, de lui serrer la main ou de lui confier leurs soucis. 

Jimmy Sévigny a pris le temps de les écouter. Il en a invité certains à communiquer avec lui pour échanger plus longuement. « Je veux que tu m’écrives, on va discuter et je vais essayer de t’aider en te référant aux bonnes ressources », a-t-il affirmé à une jeune fille.

Tout juste après, il a conclu sa visite à l’école secondaire en se joignant aux jeunes qui font de l’entraînement physique sur l’heure du dîner. L’effet de sa conférence se faisait sentir chez les jeunes, plus motivés que jamais à foncer. 

« On a appris beaucoup de choses. Il a parlé de comment se fixer des objectifs, se faire confiance, de l’estime de soi. Ça donne plus de courage pour tout le temps continuer », a affirmé Angélique Oule, étudiante de cinquième secondaire.

Arianne Chouinard, élève de troisième secondaire, abondait dans le même sens. « J’ai aussi trouvé son histoire très touchante. Je suis encore plus motivée. »

Samuel Girard, étudiant de secondaire 5 et premier ministre de l’école, est convaincu que les élèves ont grandement apprécié la conférence. « C’était super intéressant. Je sens que tout le monde a apprécié. Tout le monde était attentif. Ça motive les gens à se donner des objectifs. C’est une belle inspiration. C’est stimulant, motivant. Jimmy Sévigny est super sympathique, c’était divertissant. On sentait dans la salle que tout le monde avait le goût d’écouter. »