Sylvain Gaudreault a activement participé à la commission parlementaire sur le projet de loi 50.
Sylvain Gaudreault a activement participé à la commission parlementaire sur le projet de loi 50.

Ressources hydrauliques de la Shispshaw: trois gains importants

Louis Tremblay
Louis Tremblay
Le Quotidien
Le député de Jonquière à l’Assemblée nationale Sylvain Gaudreault estime avoir obtenu au moins trois gains importants au terme de la commission parlementaire sur le projet de loi 50 sur l’allocation des ressources hydrauliques de la rivière Shipshaw à la papetière Produits forestiers Résolu (PFR).

L’un de ces trois gains constituait une préoccupation importante de la part des syndicats des usines d’Alma et Kénogami. Il permettra dès 2023 de connaître les intentions de Résolu alors que la loi exige la présentation d’une étude sur la transition vers des nouveaux marchés de production.

« C’était une demande des syndicats qui fait en sorte que dès 2023, l’entreprise devra présenter une étude technique et financière vers les produits d’avenir. Cet amendement s’inscrit très bien dans la démarche initiée au Saguenay pour la création d’une chaire de recherche et d’un organisme qui s’intéresse à la fibre cellulosique », a déclaré le député à la sortie de la commission.

Le gouvernement a d’autre part accepté de rendre public un tableau qui fait état des investissements de la papetière pendant la période du dernier bail. Selon Sylvain Gaudreualt, il s’agit d’informations importantes pour la région et ce tableau confirme que les conditions du dernier bail ont été remplies avec des investissements de l80 M$, alors que le bail avait des obligations de 150 M$. Le député de Jonquière aurait souhaité un tableau plus détaillé, mais admet que le ministre de l’Énergie Jonatan Julien a fait un premier pas.

Rapport annuel

L’autre ajout au projet de loi permettra d’évaluer la progression des investissements de l’entreprise dans ses usines régionales dans le temps. Le gouvernement publiera une fois par année le rapport financier des investissements de Résolu en lien avec ses obligations.

Sylvain Gaudreault aurait aimé que le gouvernement du Québec oblige une renégociation du bail à son terme. Il a de plus demandé une augmentation du montant des investissements. Le ministre Julien a fermé la porte catégoriquement à ces demandes. La dernière demande concernait le début de la période d’investissements pour le nouveau bail qui sera rétroactive à 2018 alors que le député de Jonquière souhaite que cette séquence débute en 2022.

Les documents disponibles dont faisait état Sylvain Gaudreault confirment que Résolu a bien rencontré ses obligations d’investir 150 M$ dans des infrastructures industrielles pendant la durée du dernier bail qui couvrait les centrales de Jim-Gray, Adam-Cunningham et Chute-aux-Galets. Une lettre signée de la main de la sous-ministre à l’Énergie Luce Asselin adressée au président et chef de la direction de Résolu, Yves Laflamme, en date du 12 mars 2018, précise la position du gouvernement du Québec dans l’évaluation des investissements.

D’entrée de jeu dans cette missive, la sous-ministre rappelle qu’en février 2014, Produits forestiers Résolu et le gouvernement du Québec ont annoncé une entente pour autoriser la papetière à exploiter les centrales de la rivière Shipshaw. Cette entente comporte des obligations d’investissement de l’ordre de 150 M$ jusqu’à la fin du bail (2018).

« Après considération de l’effet d’optimisation des procédés et de consolidation financière qu’apporte l’usine Fibrek aux usines d’Alma, Kénogami et Dolbeau, nous avons pris la décision de reconnaître 100 % de la valeur de l’acquisition de l’usine de Saint-Félicien en 2012 et de le considérer comme un investissement structurant requis en vertu de l’entente-cadre », stipule la sous-ministre dans la missive transmise à la haute direction de Résolu.

C’est ainsi que Résolu a procédé pendant la couverture du dernier bail à des investissements de l’ordre de 13,2 M$ dans la diversification des marchés et les nouveaux produits, 153 M$ dans l’acquisition d’équipements de production manufacturière (Fibrek), 8,9 M$ dans l’automation des procédés de production et 9,7 M$ dans l’amélioration des équipements manufacturiers et améliorations environnementales.

Il est important de rappeler que la première mouture du bail de la Shipshaw avait été imposée par le premier ministre Lucien Bouchard. Le premier ministre et député de Jonquière avait exigé la construction d’un plan de pâte thermomécanique pour la papeterie de Kénogami.