Le conseiller Kevin Armstrong a préféré voter contre la résolution visant à appuyer les grands projets industrialo-portuaires.

Résolution de Saguenay pour les grands projets: un appui... presque unanime

Devant de nombreux opposants et des citoyens inquiets de l’avenir du fjord, les élus de Saguenay ont voté une résolution visant à appuyer les grands projets industrialo-portuaires, mardi soir, lors de la séance du conseil municipal. Tous les conseillers présents ont voté en faveur, sauf Kevin Armstrong, qui a affirmé que Saguenay devait appuyer ces grands projets, mais pas à n’importe quel prix.

Depuis quelques mois, le projet d’un complexe industriel de liquéfaction de gaz naturel sur le site de Port de Saguenay de GNL Québec revient à la période de questions des séances municipales de Saguenay. Mardi, les citoyens inquiets de l’avenir du fjord du Saguenay étaient encore plus nombreux qu’à l’habitude, munis de banderoles et de pancartes. Certains étaient même venus de Tadoussac pour s’adresser aux membres du conseil.

S’ils étaient si nombreux, c’est que le point 7.6 à l’ordre du jour faisait état de l’appui de la Ville aux grands projets industrialo-portuaires, tels que ceux d’Énergie Saguenay, de BlackRock et d’Arianne Phosphate. Dans sa résolution, Saguenay dit vouloir être au fait des développements des projets et être informée des avancements. De plus, les projets doivent être réalisés en respect de l’environnement.

Lors de l’appui de la résolution, le conseiller Kevin Armstrong a affirmé que Saguenay avait besoin de ces grands projets, mais il a préféré voter contre la résolution, puisqu’elle est présentée d’une façon à inclure tous les grands projets, ce qui, selon lui, n’est pas adéquat. Il a toutefois précisé ne pas être contre les grands projets industrialo-portuaires, mais a préféré ne pas appuyer la résolution.

Le co-porte-parole de la Coalition Fjord, Adrien Guibert-Barthez, a questionné les élus de Saguenay sur la gestion des risques liés au projet d’Énergie Saguenay.

Notons que le conseiller municipal Simon-Olivier Côté, qui a déjà fait valoir son opposition aux grands projets industrialo-portuaires, n’était pas présent.

Des séances d’information demandées

La consultante Isabel Brochu s’est présentée au micro, demandant aux membres du conseil d’organiser dès l’automne des séances d’information, afin que la population puisse être au fait des détails des projets, plus particulièrement celui d’Énergie Saguenay.

« Jusqu’à maintenant, le conseil n’a pris aucune mesure pour informer la population. Je vous demande de vous engager dès maintenant à organiser non pas une, mais plusieurs séances d’informations, qui auraient lieu à l’automne », a affirmé Mme Brochu, qui signe à l’occasion des chroniques dans Le Quotidien. À cette demande, la mairesse de Saguenay, Josée Néron, a pris la question en délibéré et en discutera avec les membres du conseil. Mme Néron a précisé qu’il s’agissait d’une bonne idée, mais qu’elle ne pouvait s’y engager sans en avoir discuté avec ses collègues.

Le co-porte-parole de la Coalition Fjord, Adrien Guibert-Barthez a, de son côté, questionné le conseiller Kevin Armstrong, qui préside la Commission Sécurité publique et incendie, sur la façon dont la Ville comptait intervenir dans le cas d’un incident impliquant le gaz naturel d’Énergie Saguenay.

Le conseiller, chimiste de formation, a-t-il précisé, a assuré que Saguenay était proactif dans ce dossier et qu’un comité avait été formé pour étudier la question. Il a toutefois demandé aux opposants de ne pas être alarmistes. « Écoutez, le gaz naturel, ce n’est pas une bombe nucléaire non plus. C’est évident qu’il y a des risques, comme avec le gaz propane. Mais nous allons nous assurer que ces risques soient minimaux. Le risque zéro n’existe pas. Mais présentement, il n’y a aucun risque sur notre territoire. On spécule sur des choses qui n’existent pas encore. Là, on travaille en amont. Mais bien entendu qu’il y aura un plan d’intervention advenant la réalisation du projet », a souligné M. Armstrong.

+ UNE DEMANDE D'AIDE FINANCIÈRE À QUÉBEC POUR LE TERRAIN DE LA CONSOL

La Ville de Saguenay a demandé au député François Tremblay et à la ministre Andrée Laforest une aide financière pour un projet de parc sur l’ancien site de la Consol, à La Baie, mardi, lors de la séance du conseil de ville. Ce projet représenterait un investissement de 6 M $. 

Le programme prévoit un investissement de la Ville d’au moins 20 %, mais une subvention maximale de 2 M $.

Une demande d’aide financière sera soumise au Programme de soutien aux stratégies de développement touristique à la suite du conseil, afin qu’il soit un apport financier important au projet.

Le parc serait le théâtre d’activités de nature et aventures, en misant sur son accès au fjord du Saguenay. ll y aurait, entre autres, un débarcadère de bateaux et un musée à ciel ouvert. Il pourrait accueillir plusieurs touristes et vacanciers avec une plage, lesquels pourraient pratiquer plusieurs sports, tels que le kitesurf. 

Autobus hybrides

Par ailleurs, il a été mentionné mardi soir que la Société de transport de Saguenay se dotera de deux autobus hybrides d’ici 2020, dans le cadre du renouvellement de ses véhicules. Myriam Arsenault