Résolu ouvre ses portes

Les usines de Produits forestiers Résolu ouvraient leurs portes à la population, samedi, aux quatre coins du Saguenay-Lac-Saint-Jean. C’était le premier événement du genre organisé conjointement entre toutes les installations régionales de la multinationale et des milliers de curieux ont répondu à l’appel.

«On est un peu victime de notre succès! On manque de casque et de gants de sécurité», a lancé le directeur technique de l’usine de Kénogami, Jean-François Sauriol, lors du passage du Quotidien entre les murs de l’usine, en avant-midi, samedi. En effet, de nombreuses personnes faisaient la file pour visiter les installations de l’usine de pâtes et papier, ou attendaient la navette pour se rendre à la centrale Murdock Wilson. 

Produits forestiers Résolu avaient deux objectifs en tête. Démystifier le travail qui se fait dans les usines, les scieries et les centrales, mais aussi dénicher de potentiels travailleurs. «Nous vivons actuellement un manque de main-d’oeuvre, comme partout ailleurs. Nous ouvrons donc nos portes pour ceux qui désirent mieux connaître notre travail, mais aussi à ceux qui seraient intéressés à postuler», a expliqué M. Sauriol, qui a accompagné la journaliste et le photographe du Quotidien pour une visite guidée des installations de Kénogami. L’usine, qui a fêté son centenaire il y a quelques années, emploie actuellement 185 travailleurs. Spécialisée dans la fabrication du papier surcalandré, l’usine produit en moyenne 370 tonnes de papier par jour, soit l’équivalent d’entre 225 et 250 rouleaux de papier. 

Le papier est fabriqué...
Il est ensuite roulé...
Pour finalement être expédié aux clients.

Il ne reste que la machine à papier numéro 7 en activité, mais elle «tourne» sept jours sur sept et 24 heures sur 24. Samedi matin, un petit incendie a forcé l’arrêt de la machine, mais rien pour perturber la journée portes ouvertes. 

«Les gens sont curieux de voir les installations, nous recevons aussi d’anciens employés, qui veulent voir comment l’usine a évolué au cours des dernières années», a indiqué Jean-François Sauriol. Petits et grands avaient répondu à l’appel de Résolu. Des enfants, protégés par leur casque et leurs lunettes de sécurité, regardaient les imposantes machines, impressionnées. «Nous voulions faire découvrir le travail d’usine à nos enfants. C’est une activité intéressante», a souligné un papa, qui était accompagné de ses deux garçons. 

Le papier surcalandré est utilisé pour les encarts, les circulaires et certains magazines et catalogues.

De nombreux visiteurs ont également répondu à l'invitation à Alma.

Les visiteurs ont également pu en apprendre plus sur la sécurité et la santé, de même que sur les conditions de travail des employés. Le bruit et la chaleur sont des points qui ont étonné certains visiteurs. Les bouchons étaient en effet de mise et plusieurs ont dû enlever leur manteau, ne supportant plus la chaleur. 

Les installations d’Alma, Kénogami, Dolbeau, Saint-Félicien, Girardville, Saint-Thomas-Didyme, Normandin, La Doré, Mistassini, de même que la centrale Murdock Wilson, attendent les visiteurs. 

«C’est une très belle opération. Nous sommes très satisfaits et très fiers. On sentait qu’il y aurait un engouement», a affirmé le porte-parole de Résolu, Karl Blackburn, joint en après-midi. Il s’attendait à recevoir entre 4000 et 5000 personnes durant la journée. 

«Il y a des files d’attente partout, mais les gens sont très patients. Ce n’est pas tous les jours qu’on peut visiter des installations industrielles et la population a répondu à l’invitation. Les 2200 travailleurs étaient eux aussi fiers d’accueillir leurs proches et leur famille», a ajouté M. Blackburn.