Des fouilles archéologiques sont menées au Site patrimonial du Poste-de-traite-de-Chicoutimi depuis 2013.

Reprises des fouilles archéologiques au Poste-de-Traite-de-Chicoutimi

Les fouilles archéologiques reprennent cet été au Site patrimonial du Poste-de-traite-de-Chicoutimi. Pour une sixième année consécutive, tout au long de la saison estivale, des archéologues fouilleront le sol à la recherche de vestiges du passé.

Cet été encore, la population est invitée à se rendre sur le site afin de voir les archéologues à l’œuvre et d’échanger avec eux.

Le travail a été amorcé sur le terrain le 13 juin. Les archéologues seront sur place du mercredi au dimanche, de 9 h à 16 h, jusqu’au 8 juillet. À compter du 12 juillet, ils reprendront leurs activités du jeudi au dimanche, de 9 h à 16 h, et ce, jusqu’au 12 août. 

Le Site patrimonial du Poste-de-Traite-de-Chicoutimi, situé au cœur du centre-ville de Chicoutimi, est riche en histoire. Il est considéré comme le site de fondation de Chicoutimi.

Il a d’abord été fréquenté par les Amérindiens il y a plus de 5000 ans. Le site a été un important point de rencontre et d’échange entre les commerçants et les Autochtones sur le territoire de la traite des fourrures, allant de Tadoussac à la baie d’Hudson. Il est aussi le premier établissement permanent des Européens à l’intérieur des terres du Saguenay.

Depuis le début des fouilles, en 2013, les archéologues de l’UQAC ont découvert la maison du commis, le site des trois chapelles, le presbytère du père Laure et un dernier site présumé être le magasin du poste. 

Cette année, les archéologues se concentrent sur le site des presbytères et sur le site du présumé magasin.

La Ville procède actuellement à la mise en valeur des vestiges découverts au cours des dernières années. 

L’exposition Chek8timi, présentée à La Pulperie de Chicoutimi, relate d’ailleurs l’histoire du Site patrimonial du Poste-de-traite-de-Chicoutimi. Plusieurs artéfacts découverts sur le site y sont exposés. 

Au début du mois d’août, les personnes intéressées par l’archéologie pourront participer à des fouilles publiques encadrées par les archéologues. Il est toutefois nécessaire de s’inscrire au préalable auprès de la Ville.