Stacy Bossum, conseiller désigné Patrimoine, culture et langue de Pekuakamiulnuatsh Takuhikan.
Stacy Bossum, conseiller désigné Patrimoine, culture et langue de Pekuakamiulnuatsh Takuhikan.

Reprise des fouilles archéologiques à Mashteuiatsh

Annie-Claude Brisson, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Annie-Claude Brisson, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Le Quotidien
Les fouilles archéologiques reprendront, dans la communauté autochtone de Mashteuiatsh, au Lac-Saint-Jean. Le projet de recherche sur le patrimoine archéologique et historique du site qui fut occupé par la Compagnie de la Baie d’Hudson a été accepté après trois années de démarche. Les travaux archéologiques débuteront en juillet et s’échelonneront jusqu’à la fin de septembre.

« Ce projet permettra de faire ressortir davantage la richesse historique de ce lieu de rencontre ancestral situé en plein cœur de notre communauté. Les artefacts retrouvés viendront bonifier nos connaissances sur l’histoire et le patrimoine de notre Première Nation au bénéfice des Pekuakamiulnuatsh d’aujourd’hui et de demain », a souligné par voie de communiqué Stacy Bossum, conseiller désigné Patrimoine, culture et langue de Pekuakamiulnuatsh Takuhikan.

Le travail qui se déroule sur le site DfFb-18 se déplacera ensuite au Musée amérindien de Mashteuiatsh. Cette seconde phase du projet déposé par la Société d’histoire et d’archéologie de Mashteuiatsh (SHAM) permettra d’identifier et de documenter les pièces archéologiques trouvées.

Une équipe de chercheurs et de membres du personnel de la Société d’histoire et d’archéologie de Mashteuiatsh assisteront l’archéologue Noémie Plourde. De plus, six étudiants se grefferont au projet grâce à une collaboration avec l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC). Leur stage d’une durée de quatre semaines, réalisé dans le cadre de cours universitaire, permettra d’augmenter la superficie fouillée.

« Tout au long du projet, une série d’actions muséales et de communication permettra l’analyse, l’interprétation et la diffusion des résultats qui seront accessibles à la population », lit-on dans un communiqué de presse annonçant la reprise des fouilles.

L’actuelle crise sanitaire n’échappe pas aux fouilles archéologiques alors que des règles d’hygiène et de distanciation sociale ont été mises en place. L’accès au site de fouilles archéologiques est notamment restreint.