Nathalie Thibault était fière d’annoncer le nouveau projet du Café du Presbytère, qui cuisinera des repas préparés distribués dans les épiceries communautaires de la région.
Nathalie Thibault était fière d’annoncer le nouveau projet du Café du Presbytère, qui cuisinera des repas préparés distribués dans les épiceries communautaires de la région.

Repas préparés et sains pour les moins nantis

Myriam Arsenault
Myriam Arsenault
Initiative de journalisme local - Le Quotidien
Le Café du Presbytère lancera dans les prochains mois un service de repas préparés à haute valeur nutritive, en collaboration avec le Réseau régional en alimentation communautaire (RRAC). Ce projet vise à répondre aux besoins alimentaires des personnes desservies par les quatre épiceries communautaires de la région.

Un investissement de 400 000 $ a été mis en place pour la réalisation de ce projet. Desjardins, la Ville de Saguenay, les Entreprises-Jeunesse et l’Alliance pour la solidarité 02 ont participé activement aux projets. Le Café du Presbytère y travaille depuis plus d’un an.

Auparavant, un service de ce genre était offert par le centre hospitalier, mais ce dernier a été fermé. « On se connaît tous dans le milieu communautaire, donc lorsqu’on a entendu parler de la relance du Café du Presbytère, on m’a approché pour que je reprenne ce service de repas nutritifs préparés », a indiqué Nathalie Thibault, gestionnaire et chef pour le Café du Presbytère.

Selon elle, les gens qui travaillent dans les épiceries communautaires avaient remarqué que de plus en plus de personnes se faisaient moins à manger et de cette façon, se tournait vers des aliments ultratransformés qui ne sont pas à haute valeur nutritive.

Le Café du Presbytère rouvrira ses portes sous une nouvelle forme, lorsque le projet des repas préparés sera bien implanté.

Les plats du Café du Presbytère, eux, seront sains, nutritifs et auront bon goût. On y retrouvera, par exemple, du spaghetti à la sauce marinara avec boulettes de viande, du pâté du berger et des crêpes aux fruits de mer. « On va rester quand même dans le traditionnel. On va partir avec des choses qu’ils connaissent. On peut commencer avec du pâté chinois et offrir un peu plus tard un pâté du berger, qui contient plus de légumes. Quand c’est savoureux, que ce soit un hamburger ou un légume, c’est bon, et c’est ça, l’important », a-t-elle renchéri.

Grâce à des subventions, les personnes appauvries pourront dénicher ces repas à moindre coût dans les autres épiceries communautaires de la région : La Recette à Chicoutimi, L’Halte-Ternative à Jonquière, La Maisonnée à Alma et Le Garde Manger de Dolbeau-Mistassini.

Mais, ils ne seront pas les seuls à avoir accès à ces produits. Les clients solidaires des épiceries communautaires pourront eux aussi se procurer les mets préparés du Café du Presbytère, à plein prix. Cet argent servira à assurer la pérennité du service au fil des années. « Les clients solidaires aideront autant le Café que les épiceries communautaires. En achetant ces produits-là, on finance une cause sociale. On ne paie pas plus cher qu’ailleurs et ce sont des produits de qualité », a continué la gestionnaire.

Les produits devraient être sur les tablettes des épiceries communautaires de la région d’ici la fin de l’hiver ou au début du printemps 2020.

Le futur du Café

Le Café du Presbytère, qui avait cessé ses activités, reprendra du service sous un nouveau modèle. « On va commencer par se consacrer à la stabilisation du projet et sa mise en œuvre. Quand ça va être stable, on veut le rouvrir, le Café, dans un concept plus simple, de comptoir-lunch ou soupe-repas. Je ne veux pas en dire trop, nous allons voir », a-t-elle révélé.

L’important pour le Café est de continuer sa mission d’insertion socioprofessionnelle.