Réouverture du Centre Georges-Vézina: le toit sera renforcé

Les Saguenéens de Chicoutimi vont sauter sur la glace du Centre Georges-Vézina à la mi-mars après des travaux de renforcement des fermes de toit dont le coût est évalué à 100 000 $ et qui débuteront au cours des prochaines heures.

La firme de génie-conseil Gémel, qui avait recommandé la fermeture de l’amphithéâtre, a déposé son rapport final à la Ville de Saguenay en début de semaine. Les ingénieurs sont parvenus à identifier des interventions mineures qui permettent de rendre l’immeuble sécuritaire pour les citoyens de Saguenay.

Gémel a d’autre part inclus dans ses recommandations une fermeture définitive du Centre Georges-Vézina à l’hiver 2024 si des mesures permanentes ne sont pas réalisées pour rendre la toiture sécuritaire sur une base permanente.

Pour en arriver à cette solution permanente, Gémel, en plus des travaux de renforcement des fermes de toit par la technique du plaquage d’acier, oblige Saguenay à soustraire le bâtiment du plan des mesures d’urgence. L’immeuble ne pourra plus servir de refuge aux citoyens en cas de catastrophe.

Le seul fait de « déclasser » l’immeuble pour qu’il ne serve plus en situation d’urgence permet de diminuer les charges que le toit doit supporter, selon les normes du code du bâtiment. 

Un plan de supervision et contrôle de l’accumulation des charges de neige pour un maximum de 12 pouces devra être observé. La galerie de presse sera limitée à 30 personnes et celle des commentateurs à 15. Il sera interdit de suspendre des charges additionnelles à la toiture à moins d’une autorisation signée par un ingénieur et Saguenay devra mener chaque année une inspection visuelle à la fin de chaque saison hivernale.

Le propriétaire de la firme Gémel, Justin Pagé, a assuré que la proposition de sa firme a été préparée en tenant uniquement compte de la sécurité des citoyens qui utilisent l’immeuble. « S’il n’avait pas été possible de garantir la sécurité des citoyens, on annoncerait ce matin (mercredi) la fermeture du Centre Georges-Vézina. »

Pose d’acier

Sur le plan technique, selon les explications fournies par l’ingénieur Marc-Olivier Gagnon de la firme Gémel, il faudra renforcer avec des plaques d’acier de 14 à 20 membrures par ferme de toit. Les membrures sont des parties de la ferme de toit qui assurent la résistance à la charge de la toiture.

Les entreprises Proco Métal et Alma Soudure possèdent le savoir-faire nécessaire pour procéder à la réalisation des travaux. La mairesse Josée Néron a les pouvoirs pour accorder un contrat en situation d’urgence comme c’est le cas en ce moment.

Il serait possible, selon les ingénieurs de Gémel, de redonner au Centre Georges-Vézina une durée de vie allant au-delà de l’hiver 2024. Cette option nécessiterait la démolition du toit actuel de l’immeuble pour le remplacer par un système de toiture plus léger et dont la résistance permettrait de supporter les charges prescrites au code. Pour ce faire, on part du constat que les fondations du Centre Georges-Vézina pourront la supporter sans problème, car elles ont traversé l’épreuve du temps avec le poids d’aujourd’hui sans jamais avoir subi de modification.

La firme Roche avait noté, dans son rapport de 2013, qu’il y avait un problème avec l’historique des travaux au Centre Georges -Vézina. Mercredi, le directeur des immeubles de Saguenay confirmait que la Ville n’était pas en mesure d’identifier l’ingénieur qui a fait les calculs pour autoriser l’architecte Germain Laberge à reconstruire à la fin des années 80, sur l’amphithéâtre de la rue Bégin érigé en 1949, une toiture additionnelle sur celle d’origine.

Le patron de la firme Gémel, Justin Pagé, a mis l’accent sur la sécurité des citoyens dans sa proposition pour renforcer la toiture du Centre Georges-Vézina.L’ingénieur Marc-Olivier Gagnon a expliqué la technique de plaquage d’acier qui sera utilisée pour donner plus de résistance aux fermes de toit.

DES TRAVAUX DE 11 MILLIONS $

Depuis l’an 2000, des travaux de l’ordre de 11 M $ ont été réalisés pour apporter des améliorations au Centre Georges-Vézina. Pendant toutes ces années, selon ce qu’a indiqué le directeur des immeubles de Saguenay, Jean Morneau, des investissements ont été réalisés au Centre Georges-Vézina sans vérifier si l’immeuble respectait toujours le Code national du bâtiment. 

Il est intéressant de prendre connaissance des conclusions des firmes Roche (maintenant Norda Stelo) et Gémel à quatre années d’intervalle. Les deux conclusions sont tirées des données de base provenant des feuilles de calculs réalisées par Roche sur la capacité de résistance du toit du Centre Georges-Vézina en 2013 et sont rédigées avec la norme 2009 du Code du bâtiment.

Roche, décembre 2013

« [...] le niveau de sécurité du Centre Georges-Vézina se situe présentement dans une zone grise où toute surcharge, jumelée à un ensemble de circonstances, telles que des conditions météorologiques exceptionnelles dont les possibilités sont difficiles à prédire, pourrait avoir des conséquences sur la sécurité des usagers. Nos recommandations se résument donc à : interdire l’ajout de nouvelles charges au toit ; étudier le besoin d’accrochages actuels et futurs ; réaliser des renforcements structuraux et procéder au déneigement systématique de la toiture jusqu’à la réalisation des renforcements. »

Gémel, décembre 2017

« Gémel inc. considère que la Ville ne détient aucun délai pour réaliser des travaux correctifs. Il nous est impossible de dicter le comportement structural d’un bâtiment que nous savons sollicité au-delà de ses capacités depuis les ajouts de charges. Étant donné le statu quo structural depuis le rapport de Roche Ltée de 2013, le bâtiment contrevient actuellement à plusieurs points du Code national du bâtiment (tel que l’enlèvement de la neige ne puisse être considéré comme une mesure de réduction de charges). D’après notre analyse, il nous est impossible, dans ces conditions, de garantir la sécurité du public (code de déontologie de l’OIQ, article 2.03). »

La mairesse Josée Néron va utiliser le pouvoir que lui confère la Loi des cités et villes pour autoriser des travaux d’urgence pour le renforcement de la toiture du Centre Georges-Vézina.

Un amphithéâtre à deux glaces, au centre-ville

Josée Néron est en faveur d’un amphithéâtre à deux glaces, dont une de grandeur olympique, au centre-ville de Chicoutimi. Elle a cependant précisé que le conseil allait devoir débattre sur le sujet.

La mairesse de Saguenay ne dit pas non à certaines options, comme celle proposée par l’organisation du patinage de vitesse du Centre Marc Gagnon, qui consiste à conserver le Centre Georges-Vézina avec un amphithéâtre à une glace au centre-ville.

Elle a surtout souligné que le projet du Centre Georges-Vézina allait être celui qui allait avoir le plus grand impact sur la dette de Saguenay pendant le présent mandat. Il est assuré que la prochaine campagne électorale ne portera pas sur la construction d’un amphithéâtre puisque Josée Néron souhaite régler ce problème dans le présent mandat.

« De bonne foi »

Josée Néron affirme ne pas être en mesure de qualifier la décision de l’administration Tremblay de maintenir le Centre Georges-Vézina ouvert malgré les problèmes identifiés par la firme Roche et dont le rapport a été déposé en décembre 2013.

Pendant le point de presse de mercredi, la mairesse a expliqué qu’elle pouvait difficilement se prononcer sur une situation alors qu’elle n’a pas assisté à la présentation du rapport aux autorités municipales à l’époque. 

Du même souffle, Mme Néron considère que les cadres supérieurs de Saguenay inscrits à l’ordre des ingénieurs qui ont pris connaissance de ce rapport « ont agi de bonne foi » dans les circonstances.