Pour libérer du personnel en soins infirmiers, la direction du CIUSSS délaisse certains services à l’hôpital de Chicoutimi.
Pour libérer du personnel en soins infirmiers, la direction du CIUSSS délaisse certains services à l’hôpital de Chicoutimi.

Réorganisation des services à l’hôpital de Chicoutimi

Laura Lévesque
Laura Lévesque
Le Quotidien
Pour libérer du personnel en soins infirmiers, le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Saguenay-Lac-Saint-Jean (CIUSSS) annule certains services jugés non essentiels ou urgents à l’hôpital de Chicoutimi. La réorganisation touche la pédiatrie, le centre des naissances, le GMF (Groupe de médecine familiale) et la clinique externe qui offre notamment des services d’ergothérapie et de psychiatrie.

« Nous annonçons une réorganisation temporaire des services ambulatoires pour l’hôpital de Chicoutimi afin de se concentrer sur les services jugés essentiels et urgents. Cette décision fait suite à l’augmentation des cas de COVID-19 chez notre personnel et aux nombreux retraits préventifs. La diminution des services ambulatoires permettra de libérer de la main-d’œuvre, principalement infirmière, afin de venir combler des besoins dans les secteurs fragilisés. La situation est en constante évolution et les équipes travaillent activement à préparer différents scénarios de délestage qui pourraient être utilisés de manière sélective, au besoin », annonce la direction du CIUSSS, par voie de communiqué.

Les services touchés ne seront pas en arrêt « complet » comme c’était le cas dans la première vague. Par exemple, au Centre des naissances, les rendez-vous urgents et essentiels sont maintenus. Mais tout le reste, dont les nouveaux suivis, sera écarté jusqu’au 6 novembre. Même chose pour la clinique externe et la pédiatrie.

Les départements de radiologie, hémato-oncologie et les chirurgies maintiennent tous leurs rendez-vous.