Dominique Brown

Rentrée numérique: Saguenay a du potentiel

Saguenay a tout ce qu’il faut pour tirer son épingle du jeu dans le domaine de la création de jeux vidéo, croit l’entrepreneur Dominique Brown, qui sera à l’hôtel Delta Saguenay mercredi dans le cadre de la Rentrée du numérique, pour parler de son parcours professionnel hors du commun.

Avant d’être un dragon à Ici Radio-Canada, et avant d’être le propriétaire de Chocolats favoris, Dominique Brown a connu une première carrière dans le numérique. Au début des années 2000, il a fondé le studio Beenox, une entreprise de création de jeux vidéo. Il était un peu fou, à cette époque, de penser qu’on pouvait amener cette industrie en dehors des métropoles.

En entrevue avec Le Quotidien, Dominique Brown affirme qu’il n’y a pas de raisons pour que Saguenay ne prenne pas sa place dans la conception de jeux vidéo.

« Québec a déjà été le Saguenay de Montréal. Quand j’ai commencé, il n’y avait rien dans les jeux vidéo. Pas de programme, pas de formation. Les gens que j’ai été capable de recruter faisaient ça comme un hobby. Tout ça a été long à mettre en place », se souvient-il.

S’il croit que les multinationales jouent un rôle important dans l’industrie de divertissement numérique, celui qui fait maintenant carrière dans la vente de chocolat croit qu’il ne faut pas sous-estimer la valeur des entreprises qui démarrent.

« J’étais pratiquement seul quand j’ai commencé, raconte Dominique Brown. Ce que je trouve bien, aujourd’hui, c’est qu’il y a un écosystème qui s’est développé à Québec, avec des développeurs indépendants, des plus petits. Ç’a donné naissance à des entreprises qui ont créé des produits, à gauche, à droite, et qui se sont retrouvées sur la scène internationale. »

Aujourd’hui, le télétravail est de plus en plus facile et les programmes de formation universitaire comme ceux de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) créent de la main-d’œuvre qualifiée. Il ne manque que des entrepreneurs pour construire les entreprises qui se démarqueront dans le futur.

« Il nous faut des petits studios qui vont créer les propriétés intellectuelles de demain, qui vont nous appartenir. Eux aussi vont être appelés à grandir éventuellement », indique-t-il.

Conférence

Dominique Brown viendra parler de son parcours atypique d’entrepreneur mercredi, dans le cadre de la Rentrée du numérique.

Quand il a quitté son emploi chez Beenox pour réorienter sa carrière, en 2012, Chocolats favoris étaient une petite entreprise qui avaient trois succursales sur les deux rives du Saint-Laurent, dans le secteur de Québec. Depuis, on compte maintenant 48 succursales de Chocolats favoris réparties dans trois provinces canadiennes.

« Le message de fonds que je veux livrer, c’est que n’importe quelle croissance passe par l’innovation. J’ai connu ça en travaillant dans le jeu vidéo, mais le principe peut être appliqué à n’importe quelle entreprise. C’est cette philosophie-là que l’on a amenée dans le domaine du chocolat et dont je veux parler », promet-il.