Le conseiller Raynald Simard demande qu’un montant de 200 000$ soit ajouté pour la rénovation du Vieux-Théâtre de La Baie.­
Le conseiller Raynald Simard demande qu’un montant de 200 000$ soit ajouté pour la rénovation du Vieux-Théâtre de La Baie.­

Rénovation au Côté-Cour: les conseillers de La Baie veulent leur part du gâteau

Patricia Rainville
Patricia Rainville
Le Quotidien
Il est possible que le projet de règlement d’emprunt pour la restauration de la toiture du Café théâtre Côté-Cour de Jonquière rencontre une certaine résistance. Certains conseillers municipaux, notamment ceux de La Baie, exigent qu’un montant soit également alloué à la rénovation du Vieux-Théâtre, dont la toiture fuit depuis un certain temps déjà.

L’avis de motion pour un règlement d’emprunt de 587 000$ dédié à la rénovation urgente de la toiture du Côté-Cour était à l’ordre du jour de la séance extraordinaire du conseil municipal de Saguenay, mercredi matin, à Jonquière.

Le projet de règlement sera ensuite déposé et les conseillers seront appelés à voter lors d’une séance régulière du conseil. Mais déjà, le conseiller de La Baie, Raynald Simard, s’est montré insatisfait que l’état du Vieux-Théâtre de La Baie ne soit pas lui aussi pris en compte.

La toiture du Vieux-Théâtre de La Baie fuit depuis un certain temps.

«La toiture coule. Je ne suis pas d’accord que le Côté-Cour ait 600 000$ et qu’il n’y ait rien pour le Vieux-Théâtre. Je demande à ce qu’un montant de 200 000$ soit ajouté au projet de règlement pour La Baie», a souligné M. Simard.

Le grand argentier de Saguenay, Michel Potvin, a rétorqué qu’il était ouvert à l’idée et que la question pourrait être discutée. Il a également déjà été question que le Vieux-Théâtre, qui est situé au coin de la rue Bagot et du boulevard Grande-Baie Nord, déménage entre les murs du Théâtre du Palais municipal. Cette solution semble toutefois trop onéreuse.

Le conseiller de Chicoutimi-Nord, Marc Pettersen, a dit se ranger du côté de Raynald Simard, estimant que le Vieux-Théâtre de La Baie était une institution.

«Il ne faut pas déshabiller La Baie pour habiller Jonquière non plus», a souligné M. Pettersen.