Remaniement au PQ: la jeunesse à l'honneur

Le Parti québécois fait monter en grade quelques élus des générations X et Y pour rajeunir l'image du parti: le chef Jean-François Lisée a annoncé vendredi un remaniement de son équipe.

C'est ainsi que la députée de Marie-Victorin, Catherine Fournier, prend du galon, de même que le leader parlementaire Pascal Bérubé, ainsi que le député de Terrebonne, Mathieu Traversy. Cependant, plusieurs des responsabilités fondamentales restent aux mains des élus plus anciens, comme les finances, la santé et le Conseil du trésor.

Dans ce premier communiqué attribué au chef Jean-François Lisée et à sa nouvelle numéro deux Véronique Hivon, le duo met en place un système complexe qui répartit les dossiers prioritaires péquistes en affectant des lieutenants à ses porte-parole officiels. Le lieutenant, dit-on au parti, épaulera le porte-parole, peut être présent lors des rencontres avec les groupes, et peut remplacer le porte-parole en Chambre ou pour des entrevues en cas d'indisponibilité.

Par exemple, la plus jeune élue du PQ, représentante de la génération Y, Catherine Fournier (née en 1992), hérite du portefeuille de l'immigration, autrefois détenu par la députée d'Hochelaga-Maisonneuve, Carole Poirier, qui sera sa lieutenante.

Mme Poirier devient porte-parole en éducation primaire et secondaire, et Alexandre Cloutier, le député démissionnaire de Lac-Saint-Jean, qui occupait auparavant ces fonctions, devient son lieutenant. Il conserve toutefois l'enseignement supérieur et la recherche, en plus d'être assisté par un lieutenant de la génération X, le député de René-Lévesque, Martin Ouellet (né en 1977), aux affaires autochtones et aux communautés nordiques.

Un Y, Mathieu Traversy (né en 1984), de Terrebonne, prend le portefeuille de la protection des consommateurs que laisse Mme Fournier. Il devient aussi lieutenant en matière d'identité nationale, un nouveau dossier très large, qui comprend la question de la langue, mais aussi de la culture et des communications.

Le porte-parole officiel en ces matières est désormais le député de Matane-Matapédia, Pascal Bérubé, un représentant de la génération X (né en 1975), qui ajoute cette responsabilité à son rôle de leader parlementaire.

Il devient aussi lieutenant en matière de laïcité, pour seconder la porte-parole Agnès Maltais, la députée démissionnaire de Taschereau, mais il abandonne à Stéphane Bergeron, de Verchères, le dossier de la sécurité publique, où il avait souvent fait mouche concernant l'UPAC.

Le député de Saint-Jean, Dave Turcotte, un Y (né en 1983), ajoute aux services sociaux les responsabilités de l'alphabétisation et de l'habitation.

Mme Poirier devient leader parlementaire adjointe à la place de son collègue de Richelieu, Sylvain Rochon, et c'est le député de Jonquière, Sylvain Gaudreault, qui lui succède comme whip en chef - le préfet de discipline du parti.

Plusieurs titulaires de portefeuilles importants qui sont maintenus dans leurs attributions après ce remaniement ne seront pas assistés d'un second. C'est le cas de M. Rochon, à l'énergie et aux ressources naturelles, de Diane Lamarre, à la santé, de Nicolas Marceau, aux finances, de Nicole Léger, au Conseil du trésor, de Harold LeBel, à l'emploi et à la solidarité sociale, d'Alain Therrien, à l'économie, de Martin Ouellet, aux transports, et d'André Villeneuve, à l'agriculture et à l'alimentation.