Sylvain Gaudreault, député de Jonquière et président d’honneur du 16e Relais pour la vie, Annie Lavoie, une survivante du cancer, et Christian Fillion, président du comité organisateur, attendent la présence de 2000 à 3000 personnes, le 1er juin, au Pavillon sportif de l’UQAC.

Relais pour la vie: objectif de 325 000 $

Le public aura l’occasion d’exprimer sa solidarité envers les personnes atteintes du cancer et leurs proches pendant toute une nuit à l’occasion de la tenue, le 1er juin prochain, de la 16e édition du Relais pour la vie Saguenay, lequel se déroulera au Pavillon sportif de l’UQAC sous la présidence d’honneur du député de Jonquière, Sylvain Gaudreault.

Comme l’a rappelé Christian Fillion, président du comité organisateur, en conférence de presse, le Relais est une marche intérieure d’une durée d’une douzaine d’heures mise sur pied au bénéfice de la Société canadienne du cancer qui demeure un événement encore mal connu. C’est pourquoi une vidéo promotionnelle a été créée afin d’attirer encore cette année au moins 180 équipes qui, par leur présence, sauront rendre hommage ou se remémorer les personnes touchées par la maladie sous toutes ses formes. L’objectif est fixé à 325 000 $, le même que l’an dernier. « Le Relais pour la vie est un moment pour partager notre soutien et notre solidarité avec les familles, amis et collègues et les gens qui portent un gilet jaune et qui sont nos survivants. C’est un moment pour faire valoir l’importance de poursuivre la recherche et le développement de nouveaux médicaments », explique M. Fillion.

Le président d’honneur, Sylvain Gaudreault, a rappelé que le Relais pour la vie est l’un des événements caritatifs ayant connu le plus grand succès au Québec avec le cumul de dons de 4,5 M$ depuis 2002. M. Gaudreault a fait part de son intention de former une équipe avec la participation de son personnel de bureau, amis et membres de sa famille. « Je vais marcher pour la mémoire de ma mère décédée d’un cancer, mais aussi pour l’importance d’envoyer un signal en tant que représentant de l’Assemblée nationale sur l’importance de notre rôle collectif. »

Il a rappelé l’importance de réclamer davantage d’investissements ainsi que le combat mené il y a quelques mois par la région pour conserver ici les chirurgies reliées au cancer de l’œsophage.

Comme c’est le cas habituellement, la conférence a été l’occasion d’entendre le témoignage d’une survivante en la personne d’Annie Lavoie, une Baieriveraine qui en sera à sa sixième participation du Relais et dont la vie a basculé, le 8 mai 2012, lorsque son médecin a prononcé le mot cancer. Son histoire a été relatée dans la dernière édition du Progrès. Après avoir subi l’ablation des deux seins, Mme Lavoie reçoit un nouveau coup en plein visage en apprenant que le cancer s’était propagé à plusieurs organes et aux os. Un échéancier est fixé quant à sa durée de vie.

L’espoir renaît chez elle à la suite de l’approbation et de la mise en marché d’un nouveau médicament correspondant à son type de cancer. Elle sera la première à recevoir le traitement à base de bêta-carotène qui, contre toute attente, fera disparaître 95 % de ses métastases.

Aujourd’hui, Mme Lavoie resplendit la joie de vivre et se montre reconnaissante envers les équipes médicales qui ont travaillé en recherche ainsi qu’aux donateurs qui ont soutenu financièrement leurs travaux. 

« Grâce aux petits gestes accomplis par le Relais pour la vie, je peux tenir mes filles et mon conjoint dans mes bras et regarder la vie avec enthousiasme », conclut-elle.