Les membres d’Alma en transition Benoit Poiraudeau, Mathieu Tremblay et Jean Westphal présentent un défi de réduction d’empreinte carbone. Le projet est ouvert à tous et cible notamment l’usage de la voiture.

Réduire son empreinte carbone durant un mois

Réduire son empreinte carbone pendant 30 jours. Voilà le défi lancé par des membres du mouvement Alma en transition. L’objectif pour les participants est de réduire leur émission de carbone d’au moins 10 %. L’utilisation faite de la voiture, la provenance des aliments et une évaluation de diverses dépenses font partie de la démarche.

Inspiré par une initiative montréalaise, l’organisme almatois a adapté le défi aux réalités du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Après avoir lancé l’idée à son réseau personnel, Benoit Poiraudeau a décidé de n’accoler aucune limite à ce défi. En compagnie d’un autre membre d’Alma en transition, Jean Westphal, il a fignolé la version jeannoise de ce projet qu’il qualifie de démarche citoyenne.

«Il y a une mouvance sur la planète. Je pense que les citoyens prennent le dossier en main. On voit beaucoup de pétitions et de manifestations. Les citoyens se rendent compte qu’ils peuvent faire quelque chose», explique celui qui figure également parmi les organisateurs de la marche mondiale pour le climat qui s’est tenue, en décembre, à Alma.

L’inscription au projet est possible, jusqu’au 5 février, via un lien disponible sur la page Facebook d’Alma en transition. Les participants sont invités à remplir un questionnaire évaluant l’ensemble de leurs habitudes de vie. L’achat de fruits de saison, la consommation de produits laitiers, les plats contenant de la viande et du poisson sont calculés. Les dépenses reliées à l’achat de vêtements, aux activités culturelles et aux repas en restaurant sont également évaluées.

Le transport figure dans le questionnaire sous diverses manières soit les déplacements à véhicule, les voyages nécessitant le transport par avion et les périples à bord d’un bateau de croisière.

L’équipe bénévole d’Alma en transition évaluera la production annuelle en tonnes de CO2 des participants grâce à un calcul inspiré de mécaniques existantes. Ainsi, aucun participant ne sera tenté d’améliorer son résultat initial.

Le défi débutera à la mi-février alors que le participant le plus performant et la plus grande progression seront soulignés après un mois d’efforts.

«L’objectif, c’est de faire entrer une routine, de nouvelles habitudes de vie dans le quotidien des participants. Ils pourront propager cela à leurs amis, leurs connaissances, un peu comme un effet boule de neige. Ce n’est qu’un début», explique Jean Westphal. À cet effet, une version du défi dédiée aux entreprises est en préparation.

Objectif de 10 %

Les initiateurs du projet s’attendent à une réduction minimale de 10 % de la production de CO2 des participants. Benoit Poiraudeau est réaliste. L’amélioration drastique sera difficile pour les participants qui appliquent déjà plusieurs mesures au quotidien. Il rappelle qu’une compensation des émissions de carbone peut être faite via le programme Carbone boréal dont l’équipe assure une plantation d’arbres au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

M. Poiraudeau habite une maison qui est dotée d’un chauffage à l’huile. L’appareil était présent au moment de l’achat. Ainsi, il s’assure, chaque année, de compenser ce qu’il qualifie d’un mauvais comportement. Comme il l’affirme, il n’est pas écologique d’envoyer l’appareil, encore fonctionnel, à la ferraille. «On veut souligner l’effort. On ne peut pas tout manger en vrac, ni tout biologique. Toutefois, on peut se donner le défi d’un nombre de repas biologiques ou d’aliments locaux par semaine», fait-il valoir.

Défi mensuel

Chaque mois, Alma en transition propose de relever un défi qui est présenté sur son site Internet. Le mois de février sera l’occasion de visiter les commerces en vrac Le Lac en Vrac et La Maisonnée. Le site offre également 60 actions applicables au quotidien.