Maxime De Varennes

Réal Thivierge obtient gain de cause

L'ex-pourvoyeur Réal Thivierge a eu gain de cause contre Maxime De Varennes, dans sa réclamation aux petites créances, concernant la vente d'une motoneige.
Ce dernier doit donc verser une somme de plus de 10 100 $ à l'ancien propriétaire de la Pourvoirie des Laurentides.
Dans sa décision, le juge Paul Guimond donne raison à la partie demanderesse « vu l'absence injustifiée d'un représentant des défenderesses et de Maxime De Varennes, vu le témoignage de Réal Thivierge, lequel a démontré le bien-fondé de sa réclamation. »
Le dossier de la vente de la pourvoirie des Laurentides a fait couler beaucoup d'encre à la suite des déboires de celui qui en a fait l'acquisition en avril 20015.
Quand Maxime De Varennes a acheté la pourvoirie, il a demandé à M. Thivierge de lui fournir une motoneige et de l'inclure dans la transaction. Or, De Varennes n'a pas payé les mensualités à la Caisse populaire qui réclamait l'argent auprès de M. Thivierge.
Dans sa demande, Réal Thivierge lui réclamait les frais qu'il avait encourus pour tenter de récupérer la motoneige, soit 7600 $ en frais de toutes sortes, en plus d'un dédommagement de 2500 $.
C'est le fils, Samuel Thivierge, qui a expliqué la cause au juge Guimond le 13 février dernier, au Palais de justice de Roberval. Quant à lui, M. De Varennes brillait par son absence.