Josie-Ann Bonneau, Coordonnatrice des langues, cultures et éducation du Centre d’amité autochtone du Saguenay figure parmi les représentants d’organismes qui participent à l’initiative.

Rapprocher les milieux de vie des jeunes pour stimuler la réussite scolaire

Le milieu scolaire rencontrait l’univers familial ainsi que les ressources communautaires existantes, mercredi soir à l’école secondaire Charles-Gravel de Chicoutimi-Nord, afin de renforcer les trois axes de la vie des jeunes pour contribuer à leur réussite éducative. Plus de 40 organismes communautaires et services accessibles à la population s’y retrouvaient alors que la première édition des activités de présentations par affiche s’y tenait.

L’initiative découle du projet pilote « Le Saguenay-Lac-Saint-Jean, Ma région éducative » qui permettait à chacun des territoires de commission scolaire de la région de créer un projet unique. Au cours des derniers mois, la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay, le comité local du projet Région éducative et le centre de recherche Écobes du Cégep de Jonquière ont uni leurs forces afin de mettre sur pied le rendez-vous destiné aux parents ainsi qu’au reste de la communauté.

L’ensemble des services offerts par le milieu communautaire à la population se retrouvait, l’instant d’une soirée, au même endroit. « On souhaitait un rapprochement entre le milieu communautaire, les parents et le milieu de l’éducation. On a choisi, en tant que groupe de recherche, de faire changer les organismes de posture. On les a placés devant une affiche plutôt scientifique au lieu d’un salon d’exposants où on a des dépliants et des cartes. Le seul outil qu’ils ont, c’est l’affiche scientifique qu’on a produite avec eux », explique l’agente de liaison au centre de recherche Écobes du Cégep de Jonquière, Manon Boily.

Des représentants des divers organismes communautaires se retrouvaient devant des visuels de type scientifique créés pour l’occasion. L’affichage présentait les organismes sous divers points allant de leur mission à leur composition.

La chercheuse à Écobes Recherche et transfert, Suzie Tardif présente une conférence sur le concept de la résilience.

Mme Boily ajoute qu’une initiative du genre est réclamée depuis un bon moment par le milieu communautaire.

L’activité de présentation par affiche est complétée par une conférence sur la résilience offerte par la chercheuse à Écobes, Suzie Tardif.

Résilience

Elle explique que la résilience permet de dépasser les défis en contexte d’adversité afin de tendre vers les réussites. « La résilience, c’est une thématique qui est transversale pour les organismes présents. La résilience peut se développer et certaines personnes peuvent agir à titre de tuteur de résilience pour assurer ce processus. Dès qu’une personne peut agir comme tuteur de résilience en bas âge, son influence est marquante tout au long du parcours de la personne », souligne-t-elle.

Dans le cadre de sa conférence, Mme Tardif mentionne qu’une personne résiliente doit présenter deux conditions, soit être entourée par un contexte d’adversité et démonter des signes d’adaptation. « L’adversité, ce sont des caractéristiques ou des circonstances qui font en sorte qu’une personne est plus vulnérable ou à risque de rencontrer des difficultés d’adaptation. La résilience, ce sont les manifestations de compétences ou d’adaptation positive d’une personnes qui a rencontré des difficultés dans son parcours », précise-t-elle

L’activité de présentation par affiche se déplacera à l’École secondaire des Grandes-Marées de La Baie le 17 février prochain. Cette fois, l’événement mettra en valeur des organismes de La Baie et du Bas-Saguenay.