Quel avion pour remplacer les CF-18?

La bataille électorale annoncée pour l’automne prochain a débuté samedi, au Spectacle aérien international de Bagotville (SAIB). Le chef conservateur, Andrew Scheer, et l’adjoint du chef néodémocrate, Alexandre Boulerice, ont tous deux profité de l’événement pour prendre un bain de foule.

Le chef conservateur était accompagné du député de Chicoutimi-Le Fjord, Richard Martel et du candidat dans Jonquière-Haut Saguenay, Philippe Gagnon. Alexandre Boulerice avait la députée Karine Trudel à ses côtés. À l’ordre du jour de cette journée où l’aviation est à l’honneur, quel modèle de chasseur remplacera les CF-18 dans les bases militaires canadiennes?

Si les deux partis n’ont pas pris d’engagements fermes, samedi, conservateurs et néodémocrates avaient quelques flèches à décocher aux libéraux de Justin Trudeau pour leur gestion du dossier du remplacement de cette flotte d’avions.

«Le processus que les libéraux ont créé a échoué. C’est la quatrième année du gouvernement de Justin Trudeau et il n’y a aucune conclusion. Il a acheté des anciens chasseurs australiens pour remplacer nos anciens chasseurs», a affirmé le chef conservateur Andrew Scheer.

Il ne voulait cependant pas énoncer clairement sa préférence pour les F-35.

Andrew Scheer, accompagné de Philippe Gagnon et Richard Martel.

«Ce n’est pas la question d’aimer le F-35 ou non. Il faut donner à nos Forces armées l’avion qu’ils nous disent qu’ils ont besoin. Ce sont eux les experts», a ajouté M. Scheer.

Alexandre Boulerice a quant à lui rappelé que ce dossier a commencé alors que Stephen Harper était au pouvoir.

«C’est une saga interminable qui a débuté sous les conservateurs et qui se poursuit sous les libéraux. On semble être incapable d’aller de l’avant pour changer la flotte des CF-18 qui est vieillissante. On a eu des évaluations de coûts farfelues avec les conservateurs.»

Celui qui est député de Rosemont-La Petite-Patrie n’a pas de préférences pour ce qui est du modèle d’avion à privilégier, mais veut que l’on respecte les contribuables.

«Nous ce qu’on veut, c’est un processus qui est transparent. On n’a pas d’opinion ferme sur l’appareil qu’il faudrait acheter, mais on en veut pour notre argent et on veut un bon appareil pour nos militaires», a indiqué M. Boulerice.

Les néodémocrates Alexandre Boulerice et Karine Trudel.

Le F-35 était en démonstration sur les pistes de Bagotville, samedi, pour la première fois.