Le candidat de Québec solidaire dans Roberval, Luc Antoine Cauchon, s’est déplacé devant le Cégep de Saint-Félicien, jeudi, en compagnie d’un groupe d’étudiants supportant le parti.

Québec solidaire veut ramener les jeunes en région

Luc Antoine Cauchon se présente à nouveau comme candidat de Québec solidaire dans Roberval, car il estime que son parti est la seule alternative crédible qui permettra de ramener les jeunes dans la région.

Dans le cadre de cette campagne, Luc Antoine Cauchon veut miser sur la thématique de « développement régional intelligent ». « On sait que la région se dévitalise, avec le vieillissement de la population et l’exode des jeunes, a souligné le candidat de QS devant le Cégep de Saint-Félicien en compagnie d’un groupe d’étudiants supportant le parti. L’économie va bien. Il y a des jobs. On essaie par tous les moyens de ramener les jeunes en région, mais on se rend compte qu’ils ne reviennent pas. Ce qui manque, c’est un projet de société. »

Ce projet de société passe par une plus grande inclusion de l’environnement dans toutes les décisions de l’État, estime ce dernier. « Les jeunes veulent plus d’environnement, de meilleures conditions de vie, plus de services et des jobs d’avenir qui leur parlent », dit-il.

Le candidat de Québec solidaire dans Roberval, Luc Antoine Cauchon, s’est déplacé devant le Cégep de Saint-Félicien, jeudi, en compagnie d’un groupe d’étudiants supportant le parti.

Luc Antoine Cauchon souligne par ailleurs que les jeunes de 35 ans et moins ont voté massivement pour Québec solidaire aux dernières élections. « Nos solutions sont celles qui parlent aux jeunes. Si vous voulez avoir des jeunes dans la région, élisez des élus qui leur ressemblent. Passez-nous la “puck” et nous on va les ramener en région ces jeunes-là. »

Par exemple, son parti souhaite miser sur des solutions novatrices pour créer des emplois durables. « Si la foresterie tousse, c’est sûr que la région pogne une pneumonie, image-t-il. Nous, ce dont on veut s’assurer, c’est de développer des filières qui vont garantir une pérennité malgré les aléas du marché. » Il souligne le bon travail fait à Saint-Félicien pour trouver de nouveaux débouchés avec la biomasse forestière, mais il souhaite pousser le concept encore plus loin. Des annonces plus précises seront faites à ce sujet au cours des prochaines semaines.

Le candidat de Québec solidaire veut aussi remettre l’humain au centre des préoccupations de l’État, en exigeant entre autres des garanties d’emplois aux grosses entreprises minières ou forestières lorsqu’ils obtiennent des subventions. « Il faut arrêter de penser à court terme en attachant cet argent-là avec des responsabilités », dit-il.

Luc Antoine Cauchon fustige par ailleurs l’idée de couper 2000 fonctionnaires lancée par François Legault. « On sort d’une période d’austérité et ils veulent couper encore plus, note-t-il. C’est digne d’une politique de la droite néolibérale. On est en surplus budgétaire. Est-ce qu’on peut réinvestir pour vrai ? », a-t-il conclu en soutenant que l’économie du 21e siècle passe par Québec solidaire.