Gabriel Nadeau-Dubois a été chaleureusement accueilli par les militants de Québec solidaire.

Québec solidaire veut percer en région

(Stéphane Bouchard) - Alors que les sondages placent Québec solidaire (QS) en quatrième position dans toutes les circonscriptions de la région, le co-porte-parole de la formation politique, Gabriel Nadeau-Dubois, espère que l’élection du 1er octobre sera la bonne et que son parti franchira les frontières de l’île de Montréal.

« Notre objectif c’est de faire élire des députés. Combien ? Il est trop tôt pour le dire. Mais à Québec solidaire, on est à une étape de notre histoire où on veut faire des percées dans toutes les régions, ça c’est clair », affirme M. Nadeau-Dubois, en marge d’un rassemblement partisan tenu à la Marina de Chicoutimi dimanche après-midi, devant environ 150 personnes. Gabriel Nadeau-Dubois était, pour l’occasion, accompagné des cinq candidats régionaux de QS.

Celui qui partage la tête du parti avec Manon Massé a défendu la promesse de nationaliser les barrages détenus par Produits forestiers Résolu et Rio Tinto, faites par les cinq candidats solidaires il y a deux semaines. La question des centrales électriques doit être vue plus généralement, croit-il.

« Le développement des minicentrales, dans les dernières années, s’est souvent fait au bénéfice de promoteurs privés, pas au bénéfice des communautés. Pour nous, Hydro-Québec doit avoir un rôle plus important à ce niveau-là. Les entreprises, on va les accompagner là-dedans. L’idée c’est de s’assurer de conserver les emplois, mais de s’assurer que les contribuables du Québec en aient pour leur argent ».

Régions
Le député qui représente Gouin s’est défendu de proposer un programme plus adapté aux réalités des grands centres. « Québec solidaire n’a jamais été et n’est pas un parti de Montréal. J’ai hâte qu’on arrête de nous poser la question et qu’on se mette à la poser à d’autres partis politiques. J’ai envie qu’on demande à la CAQ, pourquoi c’est un parti qui n’est pas capable de percer dans les villes. À QS, on n’a jamais été aussi nombreux. C’est 60 % de nos membres qui sont à l’extérieur de la région de Montréal. On est enraciné dans toutes les régions » s’est-il défendu.

Pour illustrer son propos, M. Nadeau-Dubois cite certaines propositions de QS qui « passent très bien en région », selon lui. « Quand on parle d’assurer enfin une connexion Internet haute vitesse, comme on est le seul parti à le faire grâce à notre proposition de Réseau Québec. Ça passe très, très bien. Que ce soit ici, en Gaspésie ou en Abitibi-Temiscamingue, il y a encore une énorme portion de notre territoire qui n’a pas accès à un Internet de qualité à des prix raisonnables. Ça, c’est un énorme frein au développement économique, au développement social. [...] Quand on dit ça, on est extrêmement bien reçu en région », indique le co-porte-parole de Québec solidaire.

La lutte contre les changements climatiques est prend une place prépondérante dans les proposition solidaires.

La proposition de ramener le transport interurbain dans le secteur public est faite « sur mesure » pour les régions qui sont aux prises avec la décroissance du service dans les dernières années. « On est en 2018, on devrait être en train d’ajouter du transport collectif interurbain, et on a fait l’inverse dans les dernières années » pense Nadeau-Dubois. Il sera à Métabetchouan-Lac-à-la-Croix lundi avant-midi pour faire une annonce en compagnie des candidats du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

+

DES CANDIDATS RÉGIONAUX PRESSÉS DE FAIRE L'INDÉPENDANCE

(Stéphane Bouchard) - L’indépendance du Québec a pris une place importante lors du rassemblement de dimanche, certains candidats régionaux se montrant particulièrement pressés dans leur démarche. Gabriel Nadeau-Dubois est à l’aise avec la ferveur souverainiste de ses candidats. 

« Québec solidaire est le seul parti politique qui propose de marcher vers notre indépendance rapidement. Jean-François Lisée a fait la promesse formelle de ne pas faire l’indépendance s’il est élu. Ça ne me surprend pas qu’il n’en parle pas pendant sa campagne électorale. Il a promis de ne pas la faire s’il est élu. Nous on fait la promesse de la faire si on est élu. »

Aussi, Gabriel Nadeau-Dubois a rappelé l’importance de la lutte contre les changements climatiques et de la transition vers des énergies plus propres. Québec solidaire en fait un de ses principaux engagements et propose d’éliminer complètement les voitures à essences d’ici 2050.

« Dans les 32 prochaines années, il faut faire la transition. On a un échéancier sur 32 ans, jusqu’en 2050. On se dit, il faut faire la transition tous ensemble des voitures à essence vers les voitures électriques en passant par les modèles hybrides. Cet échéancier-là qu’on a mis de l’avant à Québec solidaire, il est tout à fait comparable aux échéanciers des autres pays dans le monde et il est même plus lent que [celui] de plusieurs constructeurs automobiles » estime M. Nadeau-Dubois.

+

UN FONDS POUR AIDER LA CULTURE ICI

(Pierre-Alexandre Maltais) - Le co-porte-parole de Québec solidaire (QS), Gabriel Nadeau-Dubois, était de passage au Saguenay–Lac-Saint-Jean dimanche pour annoncer la création d’une aide annuelle de 30 M$ pour soutenir les milieux culturels dans les régions, si son parti venait à prendre le pouvoir à l’issue des prochaines élections.

Ce fonds culturel régional servirait à aider les artistes qui vivent en région puisqu’ils recevraient au prorata de leur population beaucoup moins de subventions que ceux qui habitent les grands centres urbains, selon des chiffres avancés par M. Nadeau-Dubois. 

« On va s’assurer de répartir équitablement ces fonds-là entre les différentes régions du Québec. Ce n’est un secret pour personne, la culture a gravement été négligée par le gouvernement dans les dernières années. On investit moins de 1 % du budget dans la culture. En matière d’accès à la culture, les citoyens québécois qui ne vivent pas à Montréal sont littéralement traités comme des citoyens de seconde zone », lance le co-porte-parole, qui s’est fait plus évasif lorsqu’est venu le temps d’expliquer comment serait divisée cette aide entre les régions. 

« Tout ça reste à voir. On veut le faire en collaboration avec le milieu culturel. On a donné quelques chiffres pour illustrer le fait qu’il y a un déficit énorme au niveau du financement de la culture en région. Ce qui est clair, c’est que [...] les citoyens qui sont à l’extérieur des grands centres n’ont pas le même accès, et c’est un problème », explique Gabriel Nadeau-Dubois.

4 M$ aux artistes

Avec ces fonds, QS promet donc d’investir dans les organismes culturels locaux, les musées, les bibliothèques ou les théâtres partout au Québec. 

Pour cette unique visite de la caravane de QS dans la région, Gabriel Nadeau-Dubois était accompagné de sa porte-parole en matière de culture et candidate dans Taschereau, Catherine Dorion. Cette dernière a annoncé dimanche qu’une somme de 4 M$ serait destinée à soutenir les artistes établis en région qui doivent joindre les deux bouts en occupant des emplois précaires sans lien avec leur travail d’artiste. 

L’autre co-porte-parole de QS, Manon Massé, est demeurée à Montréal en prévision du débat des chefs en anglais qui aura lieu lundi soir. 

+

PIERRE DOSTIE SENT UNE VAGUE DE SOUTIEN

(Pierre-Alexandre Maltais) - Le candidat de Québec solidaire (QS) dans Chicoutimi, Pierre Dostie, dit sentir un soutien grandissant envers sa formation politique à Saguenay.

Malgré le fait qu’il traîne de la patte dans les intentions de vote, le candidat demeure confiant même si QS n’a jamais fait élire un député à l’extérieur de Montréal.

« On rencontre de plus en plus de gens qui nous interpellent, qui demandent leur carte de membre. Particulièrement chez les jeunes, les femmes et chez ceux qui disent “si je vais voter pour Québec solidaire, au moins mon vote va valoir la peine”. Ça, on le voit dans la région », assure Pierre Dostie. 

M. Dostie a aussi profité du passage de son chef pour rendre visite à la rectrice de l’UQAC, Nicole Bouchard, en fin de journée dimanche pour discuter de la rétention des étudiants internationaux en région et du financement des universités.

Concernant l’annonce du jour, Pierre Dostie s’est montré en faveur de la création d’un pôle de développement culturel au Saguenay–Lac-Saint-Jean.

« En terme d’artistes de toutes les disciplines, on pense que la région est un creuset pour le Québec. D’un autre côté, la région n’a pas toute l’aide dont elle aurait besoin pour être un pôle de développement au niveau culturel », plaide le candidat qui tente de se faire élire pour la quatrième fois sous la bannière solidaire dans Chicoutimi.