Une éclosion de COVID-19 a eu lieu à la Villa St-Alexis de La Baie.
Une éclosion de COVID-19 a eu lieu à la Villa St-Alexis de La Baie.

Québec promet un meilleur soutien aux CHSLD et résidences privées

Louis Tremblay
Louis Tremblay
Le Quotidien
La situation des ressources humaines dans les CHSLD publics et privés est toujours problématique et le CIUSSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean affirme s’affairer à tenter de supporter les résidences privées pour personnes âgées qui doivent gérer des éclosions sans avoir nécessairement les ressources en nombre et en compétence pour ce genre de situation.

Dans le cadre de son point de presse de mardi, la ministre de la Santé et des services sociaux Danielle McCann et le premier ministre François Legault ont clairement indiqué que le réseau allait tout faire pour supporter les CHSLD aux prises avec des éclosions ainsi que les résidences privées pour personnes âgées (RPA).

Dans la région, la copropriétaire de la Villa St-Alexis de La Baie, Véronique Bouchard, a confirmé au Quotidien qu’elle n’avait pas reçu de soutien autre que la brève visite d’une équipe de trois personnes (équipe SWAT) au moment de la déclaration de l’éclosion, dimanche. Depuis, Véronique Bouchard a eu recours à des membres de son personnel ainsi qu’à deux personnes dont les parents habitent la villa qui ont bien voulu donner un coup de main.

« Ce sont nos infirmières auxiliaires qui font le suivi des personnes qui ont reçu un diagnostic positif. Et on surveille tous les autres résidents par téléphone chaque jour », explique la copropriétaire de la résidence qui souhaiterait que le CIUSSS dépêche sur place une infirmière clinicienne pour supporter son équipe.

Communauté religieuse

Les dernières informations obtenues par Le Quotidien sur l’éclosion au sein de la communauté religieuse où 15 cas sont confirmés faisaient état de travail en temps supplémentaire dépassant les limites et surtout, comme c’est le cas dans tous les milieux où il y a de la contamination en ce moment, de la crainte du personnel soignant de se faire contaminer et de contaminer par la suite des membres de leur famille en rentrant à la maison.

En plus des préposés et du personnel infirmier, des sources indiquent qu’il y a un besoin de support psychologique sur les sites de contamination.

En fin d’après-midi mardi, le service des communications du CIUSSS a confirmé au Quotidien qu’il sera possible de connaître aujourd’hui les modalités qui permettront de supporter les résidences privées.

C’est également difficile pour le CIUSSS de transférer du personnel hospitalier vers des sites où il y a de la contamination. Un groupe d’employés de l’urgence a indiqué au Quotidien qu’il était risqué que des collègues transférés à la résidence De la Colline pour compenser les personnes retirées du travail reviennent faire des quarts de travail à l’hôpital de Chicoutimi.

L’autre problématique concerne les employés des résidences privées qui oeuvrent sur différents sites. Il s’agit d’une situation difficile à régler en raison de la disponibilité de personnel dans ces catégories d’employés. Le CIUSSS a dû retirer 200 infirmières, infirmières auxiliaires et préposées aux bénéficiaires enceintes des lieux de travail, depuis samedi.