La députée Nancy Guillemette et la ministre Andrée Laforest posent en compagnie du président du conseil d’administration du Musée Louis-Hémon, Richard Hébert, du maire de Péribonka, Ghislain Goulet, et du préfet de la MRC de Maria-Chapdelaine, Luc Simard, devant le site de la future caserne de pompiers.
La députée Nancy Guillemette et la ministre Andrée Laforest posent en compagnie du président du conseil d’administration du Musée Louis-Hémon, Richard Hébert, du maire de Péribonka, Ghislain Goulet, et du préfet de la MRC de Maria-Chapdelaine, Luc Simard, devant le site de la future caserne de pompiers.

Québec octroie 6,5 M$ pour le Chantier touristique Péribonka

Attendu depuis cinq ans, le Chantier touristique Péribonka, qui comprend la construction d’une nouvelle caserne de pompiers et d’un nouvel hôtel de ville, le redéploiement du Musée Louis-Hémon dans l’église et le déménagement de la Maison Samuel-Bédard, ira enfin de l’avant. Le gouvernement du Québec a annoncé, lundi, l’octroi d’une somme de 6,5 millions $. Un montant de 4 M$ est attribué par le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation pour la construction de la caserne de pompiers et de l’hôtel de ville alors qu’un accord de principe provenant du ministère de la Culture et des Communications permet d’ajouter 2,5 M$ pour la portion muséale du projet réalisé dans la municipalité de 500 habitants.

Le montage financier du projet totalisant 13 M$ comprend une implication du gouvernement du Québec de 56 % alors que 27 % proviennent de la municipalité de Péribonka, de la MRC de Maria-Chapdelaine et du Musée Louis-Hémon. La contribution attendue du gouvernement fédéral est de 2,3 M$, soit une somme équivalente à celle fournie par Péribonka. 

La ministre des Affaires municipales et de l’Habitation et ministre responsable de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Andrée Laforest, a profité de l’annonce pour rappeler l’importance de la relance économique pour tout le Québec. 

« Offrir des services publics de qualité et sécuritaires aux collectivités des quatre coins du Québec est primordial pour notre gouvernement. Les citoyennes, les citoyens, le personnel municipal et les pompiers de Péribonka pourront à présent bénéficier d’infrastructures répondant davantage à leurs besoins et à leur réalité. Cet investissement contribuera également à la reprise économique de la municipalité, mais aussi de notre région. J’aimerais donc remercier tous les acteurs concernés qui se sont mobilisés et qui ont travaillé fort pour que leur projet voie le jour, parce qu’ils ont à coeur le bien-être de leur communauté », a-t-elle mentionné.

Le feu vert pour ce projet n’avait rien de banal pour la députée de Roberval et vice-présidente de la Commission de la culture et de l’éducation, Nancy Guillemette, qui participait à l’annonce au nom de la ministre de la Culture et des Communications, Nathalie Roy.

« En campagne électorale, j’ai eu une belle présentation du projet. Quand je suis sortie d’ici, j’ai dit que ce projet, je le mènerais jusqu’au bout. C’est le premier projet que j’ai déposé. Aujourd’hui, c’est un aboutissement, j’en suis vraiment très fière. Je sais que les gens y ont travaillé très fort et que tout le monde y a cru », a confié la députée caquiste. 

Mme Guillemette a rappelé la complexité du projet d’infrastructures à la fois unique et innovant qui « porte différents volets pour lesquels plusieurs intervenants sont concernés ».

L’ancien édifice municipal a été démoli au cours des derniers jours. Il sera remplacé par une caserne de pompiers.
L’école Hélène-Laliberté sera démolie au cours des prochaines semaines. Après décontamination, le site accueillera la construction d’Espace Péribonka.

Le maire de Péribonka, Ghislain Goulet, qui avait démontré des signes d’impatience au cours des derniers mois, ne pouvait que se réjouir de l’aval accordé au projet piloté par les promoteurs depuis 2015. 

« En plus de solutionner des problématiques majeures d’infrastructures municipales, ce projet permettra à Péribonka de se positionner comme une expérience distinctive basée sur le tourisme d’aventure douce entremêlant culture et nature dans un paysage bucolique marqué par l’embouchure du lac Saint-Jean. Ce projet représente un modèle de prise en main exceptionnelle par et pour le milieu avec le regroupement sous le même toit des services municipaux », a dit le représentant du conseil municipal. 

Le redéploiement du Musée Louis-Hémon dans l’église est en quelque sorte, pour le président du conseil d’administration du musée, Richard Hébert, un retour au village pour l’écrivain. Celui-ci a profité de l’annonce pour rappeler qu’il y a un peu plus de 100 ans, Louis Hémon débarquait dans le magasin général de son arrière-grand-père Ulrich Hébert et de son épouse.

L’apport de la MRC de Maria-Chapdelaine au projet n’est pas négligeable. La somme de 800 000 $ représente le plus grand investissement jamais fait dans un projet qui n’est pas directement porté par la MRC. 

« Nous, on est là pour aider les municipalités qui veulent se prendre en main. Ce que j’aime, c’est qu’on revitalise un centre-ville, on redonne une seconde vie à une église. On donne souvent l’exemple de Saint-Stanislas, mais je pense que ça aussi sera un bel exemple. Ce n’est pas un copier-coller, chaque municipalité est différente et a sa couleur. Le projet répond aux besoins du milieu et ça permet au musée de dynamiser le centre-ville. Je pense que ça donnera un bon coup de pouce au tourisme puisque le musée est notre accueil du secteur au niveau touristique », a souligné le préfet, Luc Simard. 

La ministre des Affaires municipales et de l’Habitation et ministre responsable de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Andrée Laforest, a profité de l’annonce pour rappeler l’importance de la relance économique pour tout le Québec.

Des travaux pour les mois à venir

La démolition de l’ancien hôtel de ville de Péribonka a eu lieu la semaine dernière. Le site laissera place à une nouvelle caserne de pompiers construite au coût de 1,5 million de dollars. La démolition de l’école Hélène-Laliberté et la décontamination du site se feront au cours des prochaines semaines. La construction de l’Espace Péribonka débutera au mois de juillet. Le maire, Ghislain Goulet, mentionne que le calendrier des travaux de la relocalisation du Musée Louis-Hémon et du déménagement de la maison Samuel-Bédard sera dévoilé ultérieurement.

La députée de Roberval, Nancy Guillemette, était fière d’assister à l’aboutissement du projet. Il s’agit d’un dossier dont elle a pris connaissance en campagne électorale.

+

UN INVESTISSEMENT DE 2,3 M$ POUR PÉRIBONKA

Le projet Chantier touristique Péribonka est imposant à tous les niveaux. Totalisant des investissements de l’ordre de 13 M$, il se déploie en deux sites situés au coeur de la municipalité. La construction d’une nouvelle caserne de pompiers de 1,5 M$ sera faite à quelques centaines de mètres de l’Espace Péribonka qui comprendra l’hôtel de ville, une bibliothèque axée sur la littérature québécoise, la Fabrique, des organismes municipaux ainsi que le Musée Louis-Hémon redéployé dans l’église. 

L’implication financière de la municipalité qui compte 500 habitants est tout aussi colossale. Le maire de Péribonka, Ghislain Goulet, assure avoir obtenu l’appui de ses concitoyens pour ce projet qui modifiera le coeur du village. 

« Je veux remercier la population pour l’appui qu’on a eu dès le début. On a eu des consultations où il y avait jusqu’à 20 % de la population, c’est-à-dire une centaine de personnes qui venaient y assister », souligne-t-il. 

La municipalité jeannoise située en bordure de la rivière Péribonka se tournera vers un règlement d’emprunt afin d’obtenir les 2,3 M$ destinés au projet. 

« C’est une infrastructure majeure. On va bâtir pour 100 ans. On va faire des règlements d’emprunt sur une quarantaine d’années. On va échelonner ça pour que ça ne paraisse pas sur le compte de taxes. Si quelque chose parait sur le compte de taxes, ça ne sera sûrement pas dû à ça », explique Ghislain Goulet. 

Les promoteurs du projet indiquent que les surplus annuels de la municipalité pourront également être dirigés vers la dette.