Québec achète une année d’inventaire supplémentaire d’équipement médical 

Louis Tremblay
Louis Tremblay
Le Quotidien
Le gouvernement du Québec a commandé dans la semaine du 20 février 3900 caisses de masques N95 (624 000 masques), en plus de 15 000 boîtes de masques chirurgicaux (750 000 masques), auprès de ses fournisseurs.

Le ministère aurait reçu depuis la semaine dernière une première livraison de 44 800 masques N95, si l’on se fie aux échanges entre le service des approvisionnements et les fournisseurs. Cette commande de masques N95 représente en gros la consommation de ce type d’équipement de protection personnelle pour une année dans le réseau québécois de la santé.

C’est ce qu’il est possible d’apprendre dans une série de documents rendus publics par le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec sur sa page Diffusion de l’information et protection des renseignements personnels. Le document en question est constitué des courriels, lettres officielles ainsi que d’un échéancier de livraison pour les masques N95 qui servent à protéger les soignants directement en contact avec les personnes infectées.

«En raison de la situation mondiale liée au coronavirus (COVID-19) et de la difficulté d’approvisionnement en équipements de protection individuelle, le ministère de la Santé et des Services sociaux a décidé de faire l’acquisition d’une année d’inventaire de consommation normale, ce qui représente 3900 caisses de masques N95 pour la compagnie Moldex. La présente est pour vous aviser que nous autorisons Sigma Santé à entamer les procédures de négociation avec CardinalHealth selon la proposition ci-jointe», écrit le sous-ministre Luc Desbiens dans une missive datée du 20 février à l’entreprise Sigma Santé.

Deux jours plus tôt, le haut fonctionnaire autorisait un approvisionnement des masques chirurgicaux de gré à gré, ce qui permettait de mettre en réserve pour le réseau québécois de la santé 750 000 masques chirurgicaux traditionnels. Il a autorisé une dépense d’un peu plus de 207 000$. Le fournisseur était en mesure de les conserver pour le gouvernement du Québec et exigeait une réponse rapide pour le prix et la disponibilité du matériel.

Il est toutefois impossible de statuer sur prix global de cette commande puisque le coût a été caviardé.

Toujours selon les documents rendus publics, le fournisseur CardinalHealth était en mesure d’assurer au gouvernement un approvisionnement de 3900 caisses de masques N95 au cours des huit prochains mois. Une première livraison, de l’ordre de 280 caisses, était assurée trois semaines après le 18 février. Le nombre de caisses varie pour chacun des cinq modèles de masque. Le réseau a donc reçu selon l’échéancier une première livraison de 280 caisses de masques N95 dans la semaine du 8 avril.

Le fournisseur s’engageait à livrer au cours 640 caisses de masques par mois pendant trois mois et la balance répartie sur quatre autres mois. Il a toutefois été impossible de retracer l’information concernant les quantités de masques par caisse dans les documents. Le Quotidien a consulté le site du fournisseur CardinalHealth pour obtenir les informations sur les quantités par caisse. Ce type de masque est habituellement réservé pour les personnes des soins d’urgence et des soins intensifs ainsi que les centres de dépistage.

Les échanges entre les fonctionnaires et les fournisseurs indiquent d’autre part qu’il y avait 1093 caisses de masques N95 dans le réseau. Il est impossible de savoir si la nouvelle commande comprend cette quantité ou s’il s’agit de 3900 caisses de masques en surplus. Il n’y a également aucune information visible sur les documents qui permet de connaître le coût de ces masques.

Il n’y a aucun document additionnel qui faisait état des livraisons effectuées par les fournisseurs découlant de cette commande.

Le document consulté ne fait toutefois pas état de commandes pour des respirateurs ou ventilateurs. Ces équipements sont nécessaires pour traiter les personnes qui développent des pneumonies inflammatoires associées au coronavirus.

Le CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean a à lui seul commandé 42 respirateurs en ajout aux 38 répartis dans les six hôpitaux de la région. Ce sont donc des centaines de respirateurs qui ont été commandés au Québec si chaque CIUSSS ou CISSS a jugé pertinent de doubler la capacité en respirateurs pour augmenter le nombre de lits de soins intensifs. Jusqu’à présent, selon les chiffres publiés quotidiennement, entre 40 et 50 % des personnes hospitalisées prennent la direction des soins intensifs.

En raison de l’urgence sanitaire qui prévaut au Québec, le gouvernement a levé l’obligation pour les fournisseurs de livrer dans le réseau du matériel avec des instructions en français. Il est donc possible que le personnel se retrouve avec des équipements dont modes d’emploi ou autres informations soient uniquement en anglais.