Québec accorde 2 M $ à Saint-Prime pour la déphosphatation de ses eaux usées

Le gouvernement du Québec accorde un peu plus de 2 M$ à la municipalité de Saint-Prime dans le but d’équiper sa station d’épuration des installations nécessaires pour la déphosphatation des eaux usées. La municipalité ajoute 366 000 $ en plus, pour un investissement total de près de 2,5 M$.

Cet investissement a été annoncé vendredi matin, dans un communiqué émis par la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation et ministre responsable de la région, Andrée Laforest, et la députée de Roberval, Nancy Guillemette. La somme permettra d’améliorer les infrastructures de la station d’épuration actuellement en place à Saint-Prime. Le système de déphosphatation de la station d’épuration ne convenait plus, entre autres, car il ne permettait pas d’atteindre les nouvelles normes établies par le ministère de l’Environnement et la Lutte contre les changements climatiques par rapport au rejet de phosphore. Pour ce faire, l’argent sera investi dans la mise en place d’un système de déphosphatation et d’un procédé par post-filtration granulaire. La construction d’un nouveau bâtiment de services et d’un poste de relèvement des eaux usées est également prévue.

Tant la ministre des Affaires municipales que la députée de Roberval se réjouissent de cette annonce. « Ces travaux d’infrastructures sont importants afin de respecter les normes en vigueur et d’améliorer la qualité des rejets d’eaux usées dans l’environnement à la sortie de la station d’épuration. Notre partenariat avec la municipalité de Saint-Prime contribuera au mieux-être des quelque 1 400 citoyens visés par ce projet ainsi qu’au développement durable de leur milieu de vie », a laissé entendre Mme Guillemette par communiqué.

Le maire de Saint-Prime, Lucien Boivin, est quant à lui « reconnaissant » de cette aide financière gouvernementale qui provient du Programme d’infrastructure municipale d’eau (PRIMEAU).