Le député de Jonquière, Sylvain Gaudreault

Que des miettes pour les régions, estime Gaudreault

Le député de Jonquière, Sylvain Gaudreault, estime qu'il n'y a que des miettes pour les régions du Québec dans le budget Leitao.
Ce n'est vraiment pas un budget pour les régions, il n'y a aucun impact pour elles dans ce qui a été annoncé aujourd'hui (mardi). Et, surtout, nous avons été très étonnés et nous critiquons le fait qu'il n'y a aucune garantie de prêt pour les scieries en ce qui concerne le bois d'oeuvre. C'est très décevant pour les scieries de chez nous », a affirmé le député, lors d'un entretien téléphonique accordé au Quotidien en soirée, mardi.
Il déplore qu'aucune mesure, ou presque, n'ait été prise pour l'accès à l'Internet haute vitesse dans les milieux ruraux du Québec. « On parle de 90 millions $ sur 10 ans. C'est nettement insuffisant et nous avons plusieurs secteurs, dans la région, qui ne sont pas encore desservis par l'Internet haute vitesse. C'est essentiel si nous voulons retenir les citoyens dans ces secteurs », a déploré Sylvain Gaudreault. 
Selon lui, il n'y a rien de nouveau non plus dans le programme de rayonnement des régions et qualifie de réchauffé ce qu'il a entendu à la lecture du budget. 
Sylvain Gaudreault critique également les millions de dollars annoncés pour aider les médias régionaux à accomplir leur virage numérique. « Pour aider les médias, comme Le Quotidien par exemple, il fallait annoncer des crédits d'impôt pour la main-d'oeuvre, ce qui n'a pas été fait. Encore une fois, c'est nettement insuffisant », a souligné Sylvain Gaudreault.
Le député ajoute qu'il est « odieux » et « gênant » d'apprendre que 400 millions de dollars seront injectés dans les salaires des médecins, alors que les organismes communautaires n'ont eu que 10 millions $.
Un exercice positif, estime l'UMQ
L'Union des municipalités du Québec (UMQ) voit d'un bon oeil le budget provincial, particulièrement en ce qui a trait aux investissements annoncés pour stimuler la croissance économique et améliorer les infrastructures dans les régions. 
L'UMQ salue la hausse des investissements au chapitre des infrastructures, mais rappelle qu'il faudra conclure rapidement une entente avec le gouvernement fédéral pour le déploiement rapide des sommes prévues pour la seconde phase du nouveau programme d'infrastructures fédéral.
L'Union sera par ailleurs active, au cours des prochains mois, pour s'assurer que les négociations respectent les besoins des municipalités et tiennent compte de leur capacité fiscale et financière. Rappelons que les municipalités sont responsables de près de 60 % des infrastructures publiques et assument 76 % du financement des infrastructures municipales.
« Au lendemain du dépôt des budgets des gouvernements du Québec et du Canada, la participation des municipalités aux négociations à venir sera cruciale et nous nous attendons à ce que les ententes prévoient une contribution minimale de 80 % des gouvernements. Les récents programmes, tel que le Fonds pour l'eau potable et le traitement des eaux usées (FEPTEU), respectaient la situation financière des municipalités grâce à un partage 50 % - 33 % - 17 %. Les négociations à venir et auxquelles nous souhaitons participer seront déterminantes à cet effet », a affirmé le vice-président de l'Union des municipalités du Québec, Alexandre Cusson.
L'UMQ souligne par ailleurs l'annonce d'une enveloppe supplémentaire de 50 millions $ pour le financement de projets d'infrastructures sportives et récréatives.
Loge m'entraide soulagé
La coordonnatrice de Loge m'entraide, Sonia Côté, s'est dite soulagée du budget provincial. « Après deux ans de vache maigre, Loge m'entraide reçoit avec un très grand soulagement le retour des investissements dans le logement social à la hauteur de 3000 unités par année », s'est exclamée Sonia Côté.
Elle informe toutefois que ces nouveaux investissements équivalent au nombre de logements qui n'ont pas été financés depuis deux ans en raison des coupes budgétaires, puisque le gouvernement avait sabré de moitié son nombre, soit 1500 en 2015 et 1500 en 2016.
Loge m'entraide croit tout de même que pour répondre au besoin des 40 000 ménages en attente de HLM au Québec et devant le surplus budgétaire de 3,7 milliards $, le gouvernement aurait dû investir davantage, surtout avec les 400 millions $ qu'il recevra du gouvernement fédéral. L'organisme et son regroupement national le Frapru revendiquent 50 000 nouveaux logements sociaux en cinq ans, dont 900 à Saguenay pour répondre au besoin en ce domaine.