Le candidat solidaire dans Roberval, Luc-Antoine Cauchon.

QS préfère les biocarburants au Gazoduq

Au lieu de miser sur un gazoduc pour acheminer 11 millions de tonnes en gaz de schiste, Québec Solidaire (QS) propose de miser sur la production de biocarburants faits localement, a soutenu Luc-Antoine Cauchon, candidat à l’élection partielle dans Roberval.

Le candidat de QS s’insurge contre l’idée de l’entreprise Gazoduq qui souhaite construire un pipeline de 750 km qui traverserait le Québec, depuis l’Ontario, à travers Lac-Bouchette et Roberval, jusqu’au port de Grande-Anse. « Ils vont nous faire croire que leur projet est la 7e merveille du monde, qu’il va éradiquer l’utilisation du charbon et du mazout dans le monde et que les immenses bateaux méthaniers n’auront aucun impact sur la faune aquatique et le paysage, mais il ne faut jamais oublier que ces gens-là carburent au profit et qu’on ne peut en aucun cas leur faire confiance », dit-il.

Au lieu de miser sur les carburants fossiles, il faut plutôt chercher à développer les énergies renouvelables, comme les biocarburants faits à partir de la biomasse forestière, dit-il. En plus de réduire l’empreinte climatique, la filière du biocarburant permettrait de créer 25 000 emplois sur une période de 15 ans. « Ça permettra de créer des emplois d’avenir et de développer de l’expertise localement au Cégep de Saint-Félicien et à l’UQAC », mentionne ce dernier.

Investir massivement dans la biomasse est une manière beaucoup plus efficace pour faire la transition énergétique que d’investir dans les carburants fossiles, renchérit Luc-Antoine Cauchon. « On veut faire du développement intelligent », dit-il.

« Il est plus que temps que nous cessions d’attendre que les autres investissent chez nous. Nous devons prendre en main notre économie en misant sur nous-mêmes. Nous avons le potentiel nécessaire pour faire de notre coin de pays un des plus beaux endroits du monde, mais pour ce faire, nous devons faire preuve de courage ! », a-t-il conclu.