Thérèse Gagnon déplore que le marais ne soit pas entretenu et protégé comme il se doit.
Thérèse Gagnon déplore que le marais ne soit pas entretenu et protégé comme il se doit.

Protéger le petit marais du Pré-Joli

Patricia Rainville
Patricia Rainville
Le Quotidien
Une citoyenne de Laterrière, Thérèse Gagnon, s’inquiète de l’avenir du marais du Pré-Joli, situé derrière la rue de la Moisson. Le déversement des eaux pluviales de la municipalité y a causé de l’érosion. Du sable et de la terre se sont accumulés vers le marais, qui est un refuge pour bien des espèces d’oiseaux, des petits animaux et des grenouilles. Au fait de la situation, le conseiller municipal du secteur, Michel Potvin, promet de retourner visiter les lieux, mais l’élu estime qu’il ne s’agit pas d’un dossier prioritaire.