Le rapport d’enquête conclut que les employés de l’hôpital de Chicoutimi n’ont pas commis de gestes ou tenu de propos racistes.
Le rapport d’enquête conclut que les employés de l’hôpital de Chicoutimi n’ont pas commis de gestes ou tenu de propos racistes.

Propos racistes à Chicoutimi: l’enquête blanchit le CIUSSS

Samuel Duchaine
Samuel Duchaine
Le Quotidien
L’enquête sur le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean a confirmé que l’hôpital de Chicoutimi n’avait rien à se reprocher dans le dossier de la plainte d’un homme Atikamekw qui attestait avoir été victime de racisme lors de son passage dans l’établissement de soins.

Georges-Hervé Awashish est décédé, à l’âge de 53 ans, peu de temps après avoir dénoncé le caractère raciste des commentaires du personnel. C’est ce qu’avait rapporté sa cousine Maylène Weizineau, en ajoutant que le défunt aurait entendu des infirmières rire de Joyce Echaquan, récemment décédée dans un hôpital de Joliette.

Le rapport d’enquête stipule que l’établissement n’a rien à se reprocher en ce qui concerne la prestation des soins et des services et que ceux-ci ont été dispensés avec professionnalisme et civilité à l’usager plaignant. C’est le CIUSSS qui a rendu public le résultat de l’enquête puisque le dossier avait été médiatisé.

Le CIUSSS avait demandé à une firme externe indépendante, au début du mois d’octobre, d’enquêter sur des allégations de racisme. « Elle représente l’une des actions prises par l’établissement afin de faire la lumière sur des allégations allant à l’encontre de la qualité de prestation de soins attendue. La firme a entre autres été mandatée pour examiner l’attitude et le professionnalisme du personnel concerné lors des événements », a fait savoir le CIUSSS par voie de communiqué, mentionnant au passage qu’aucun commentaire supplémentaire ne sera émis par la direction.

D’ailleurs, le CIUSSS encourage tout usager qui s’est senti lésé dans ses droits d’utiliser les mécanismes de plaintes mis en place. La dénonciation des comportements qui pourraient porter atteinte à l’identité et la dignité des usagers et de toute personne oeuvrant au sein de l’organisation est soutenue par la direction.