Le secteur sud, entre Saint-Bruno et Hébertville, est le meilleur endroit pour accueillir l’autoroute 70, estiment les élus. Mais les experts du ministère du Transports du Québec croient que le tracé nord, entre Alma et Saint-Bruno, pourrait répondre à plus de besoins. Et l’ajout d’une route secondaire, sur le tracé sud, donnerait une option de plus aux camionneurs et automobilistes qui se dirigent vers les MRC du Domaine-du-Roy et de Maria-Chapdelaine.
Le secteur sud, entre Saint-Bruno et Hébertville, est le meilleur endroit pour accueillir l’autoroute 70, estiment les élus. Mais les experts du ministère du Transports du Québec croient que le tracé nord, entre Alma et Saint-Bruno, pourrait répondre à plus de besoins. Et l’ajout d’une route secondaire, sur le tracé sud, donnerait une option de plus aux camionneurs et automobilistes qui se dirigent vers les MRC du Domaine-du-Roy et de Maria-Chapdelaine.

Prolongement de l’autoroute à Alma: un double tracé qui dérange

Laura Lévesque
Laura Lévesque
Le Quotidien
Le projet de prolongement de l’autoroute 70 à Alma, attendu depuis plusieurs décennies et dont les démarches sont en cours, risque de raviver le débat autour du tracé.

Selon ce que Le Quotidien a appris, un nouveau scénario sur l’endroit le plus approprié pour recevoir cette infrastructure, évaluée aujourd’hui entre 100 à 200 millions $, devrait être présenté aux élus. Deux routes seraient construites pour contourner Saint-Bruno : une route à quatre voies divisées sur le tracé nord vers Alma, et une route secondaire sur le secteur sud, entre Hébertville et Saint-Bruno.

Un scénario qui est loin du « consensus régional » des élus qui réclament une seule route à chaussées divisées sur la portion sud.

Sur cette image de Google Earth, on voit à droite le tracé qui prend fin. Selon les plans du MTQ, le tracé nord à quatre voies relierait la route à quatre voies actuelle au boulevard Maurice-Paradis, qui contourne le centre-ville d’Alma, alors que la route à deux voies passerait au sud des installations de Nutrinor que l’on voit à gauche, pour rejoindre l’intersection de l’ancienne salle Camaro.

« Aucun autre tracé que le tracé sud ne sera accepté. On s’est entendu, toute la région, pour un tracé. On ne reviendra pas en arrière et recommencer les consultations. »
André Paradis, préfet de la MRC de Lac-Saint-Jean-Est

Au ministère des Transports, on précise que toutes les options sont analysées et qu’aucun tracé n’a encore été retenu.

« Tout est encore sur la table. Ça fait plus d’une décennie que les données et rapports ont été faits. Il faut donc remettre toutes les informations à jour. Les avantages, les coûts. Quel est le meilleur tracé pour optimiser les questions de sécurité, de développement durable et une saine gestion des fonds publics », énumère Andrée-Anne Duchesne du MTQ, qui ne pouvait toutefois confirmer la proposition du double tracé.

Invité à réagir à ce nouveau scénario, le préfet de la MRC de Lac-Saint-Jean-Est est catégorique. « Aucun autre tracé que le tracé sud ne sera accepté, laisse tomber André Paradis. On s’est entendu, toute la région, pour un tracé. On ne reviendra pas en arrière et recommencer les consultations », ajoute celui qui n’avait pas encore l’information concernant cette énième proposition.

Le maire de Saint-Bruno s’oppose lui aussi à ce scénario qui permettrait aux automobilistes et camionneurs de contourner sa municipalité par deux nouveaux chemins.

Municipalité de Saint-Bruno

« Une seule route, ça suffit. On ne fera pas deux routes autour de Saint-Bruno », exprime le maire François Claveau.

Ce dernier siège au comité de suivi mis en place l’hiver dernier par le MTQ. Une seule rencontre Zoom s’est tenue depuis et les représentants du MTQ ont en effet confirmé que les études devaient être mises à jour, et ce, sur tous les tracés. La proposition de deux nouvelles routes n’a cependant pas encore été présentée, confirme le maire Claveau.

Selon ce qu’il a été possible d’apprendre, le tracé nord serait plus facile à réaliser, en raison du couvert forestier. Le tracé sud compterait plus de terres agricoles. Par ailleurs, la majorité du trafic convergerait vers Alma, donc une route à quatre voies sur le secteur nord donnerait un lien plus rapide vers la capitale jeannoise.

Pour donner un accès plus adapté au transport lourd qui se dirige vers les MRC du Domaine-du-Roy et de Maria-Chapdelaine, le MTQ aurait pensé à une voie secondaire sur le tracé sud, celui qui faisait l’unanimité.

Municipalit੠de Saint-Bruno

Ce projet est un enjeu prioritaire pour les élus depuis les années 80. Il avait pour but de mieux relier les pôles d’activité et séparer la circulation rapide de transit de la circulation locale.

De passage dans la région il y a quelques mois, François Legault a assuré aux élus que le projet allait de l’avant et qu’il privilégiait le tracé sud.

Le premier ministre a aussi mentionné que l’adoption du projet de loi 61, dont la nouvelle mouture sera présentée sous peu, permettrait d’accélérer la construction de l’autoroute 70 Alma-La Baie.