Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
On retrouve 16 traverses de chemins de fer à Mashteuiatsh.
On retrouve 16 traverses de chemins de fer à Mashteuiatsh.

Projets ferroviaires à Mashteuiatsh: à la recherche de 30 millions $

Guillaume Roy
Guillaume Roy
Initiative de journalisme local - Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
Déplacement de la voie ferrée, agrandissement du parc industriel et construction d’un centre multiservice ferroviaire sont dans les cartons, à Mashteuiatsh. Pour que tous ces projets voient le jour, des investissements de plus 30 M$ seront nécessaires. Malgré les démarches initiées par Pekuakamiulnuatsh Takuhikan, Services aux Autochtones Canada n’a pas encore débloqué de financement pour l’agrandissement du parc industriel.

Au cours des derniers mois, CMAX Transport, le comité de maximisation des grands projets dans la région, a analysé le réseau ferroviaire régional. Le but : proposer un plan d’optimisation du réseau ferroviaire pour le rendre plus fluide et ainsi faciliter le transport pour de futurs projets industriels.

Avant de présenter le résultat de son travail, CMAX Transport rencontre les élus de la région pour présenter un tracé souhaité. Questionné à ce sujet, le responsable de CMAX transport n’a pas commenté, préférant attendre de dévoiler le projet publiquement au cours des prochaines semaines. Mais plusieurs informations ont commencé à filtrer, alors que les conseils municipaux et Katakuhimatsheta (Conseil des élus de Mashteuiatsh) votent des résolutions pour entériner le plan de CMAX Transport.

Ce tracé comprend notamment des améliorations importantes de la voie ferrée entre Chibougamau et La Doré et l’ajout d’une surlargeur à l’entrée sud de Saint-Félicien, près de l’entreprise Granules LG.

Les élus de Mashteuiatsh devraient confirmer, le 15 mars prochain, leur approbation pour les aménagements ferroviaires dans la communauté et le trajet proposé par CMAX Transport. Ce trajet prévoit la construction d’une nouvelle voie ferrée dans les terres, pour éviter de passer en plein cœur de la communauté ilnue, explique Stacy Bossum, conseiller responsable désigné à l’économie et aux relations grandes entreprises. De plus, deux représentants de Mashteuiatsh seront nommés pour siéger au Conseil de la régie intermunicipale ferroviaire.

En plus d’ouvrir de nouvelles occasions de développement économique, l’aménagement d’une nouvelle voie ferrée rendrait la circulation plus sécuritaire.

Si toutes les municipalités de la région entérinent le tracé, la régie intermunicipale pourrait alors déposer des demandes financières au nom de toute la région pour le réaliser. Selon les estimations, les travaux, d’une valeur de 7 à 10 M$ pour la portion de Mashteuiatsh seulement, pourraient être réalisés dans un horizon de 5 à 10 ans, selon les informations obtenues par Stacy Bossum.

« En déplaçant le chemin de fer, ça améliorera beaucoup la sécurité, parce qu’on retrouve 16 passages à niveau dans la communauté, dit-il. Avec le nouveau tracé, il n’y en aurait que trois ». À l’heure actuelle, deux ou trois trains traversent Mashteuiatsh par jour, et ce nombre est voué à croître si les projets industriels se concrétisent.

Sabin Côté, le maire de Roberval, se réjouit aussi à l’idée de dévier le transport ferroviaire. « C’est une bonne nouvelle pour notre plan de développement touristique sur la Pointe-Scott, parce qu’en déviant le trafic de Mashteuiatsh, les trains arriveraient directement à l’ancienne usine de Produits forestiers Résolu », dit-il.

Des investissements structurants

Mashteuiatsh ne souhaite pas seulement que le transport ferroviaire soit plus fluide. La communauté veut aussi tirer profit des grands projets industriels pour se développer économiquement.

Lors de discussions à la Table régionale de transport ferroviaire, l’idée de construire un Centre multiservice ferroviaire a émergé. Ce centre, qui créerait une dizaine d’emplois, permettrait de faire l’entretien, le transbordement, la location et l’entreposage de wagons. Des études de faisabilité et un plan d’affaires ont été réalisés, grâce à des fonds du ministère de l’Économie et de l’Innovation et à des fonds autonomes de la communauté, permettant d’évaluer les coûts du projet à 30 M$, dont 17 M$ pour une desserte ferroviaire, qui relierait le parc industriel de Mashteuiatsh au réseau du CN, offrant de belles occasions de développement.

Stacy Bossum est le conseiller responsable désigné à l’économie et aux relations grandes entreprises de Pekuakamiulnuatsh Takuhikan.

Le problème : la réalisation du projet est dépendante d’un autre projet, soit l’agrandissement du parc industriel. Depuis que Mashteuiatsh a été agrandie, en achetant des terres pour que la communauté débouche sur la route 169, cette dernière souhaite agrandir son parc industriel. Ce projet, évalué à plus de 12 M$, a été soumis à Services aux Autochtones Canada (SAC) pour obtenir du financement en 2019. « Il y avait une bonne collaboration pour développer un projet pilote du genre dans une communauté autochtone, mais le projet est toujours reporté », souligne Stacy Bossum. Étant donné que SAC n’a toujours pas confirmé de financement pour l’agrandissement du parc industriel, le projet de Centre multiservice ferroviaire est bloqué. En attendant des développements, Mashteuiatsh a décidé de mettre le projet sur la glace, en décembre dernier.

Si le projet de CMAX Transport va de l’avant, Mashteuiatsh n’aurait pas à trouver 17 M$ pour construire une desserte ferroviaire. Une analyse plus approfondie sera nécessaire pour déterminer les montants à investir de manière plus précise.