Simon Nicole, responsable de la formation, et Bernard Dallaire, directeur du Service de prévention des incendies de la Ville d’Alma, ont présenté les grandes lignes d’un projet pilote en milieu scolaire développé par le Service de prévention des incendies de la Ville d’Alma.
Simon Nicole, responsable de la formation, et Bernard Dallaire, directeur du Service de prévention des incendies de la Ville d’Alma, ont présenté les grandes lignes d’un projet pilote en milieu scolaire développé par le Service de prévention des incendies de la Ville d’Alma.

Projet pilote à Alma: de futurs pompiers en formation dès 15 ans

Annie-Claude Brisson, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Annie-Claude Brisson, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Le Quotidien
Le métier de pompier fait également face aux difficultés de recrutement observables dans plusieurs domaines professionnels. Pour assurer une relève, le Service de prévention des incendies de la Ville d’Alma a développé un projet pilote en milieu scolaire. Depuis le mois d’octobre, des élèves âgés entre 15 et 17 ans conjuguent leurs matières de base à une formation les conduisant à une diplomation de pompier.

Les huit premiers étudiants de ce projet-pilote obtiendront au terme de 306 heures de formation la qualification professionnelle de Pompier 1. Les garçons sélectionnés sont issus du projet Dérogation 15-16 ans du Pavillon Wilbrod-Dufour qui permet, entre autres, la découverte de programmes offerts en formation professionnelle et l’expérimentation de différents métiers.

Contrairement au processus habituel de recrutement, ces jeunes détiendront déjà la formation Pompier 1 au moment d’être sélectionnés pour devenir pompier, et non l’inverse.

« Nous avons des problèmes en recrutement, ce qui fait en sorte qu’on tente d’être créatif. C’est une réalité que nous avons constatée il y a quelques années », explique le directeur du Service de prévention des incendies de la Ville d’Alma, Bernard Dallaire.

Collaboration

Cette version peu traditionnelle de la formation de pompier a été rendue possible grâce à l’ouverture et la collaboration de la Commission scolaire du Lac-Saint-Jean.

« La vision que j’avais, c’était d’intégrer cette formation à l’intérieur d’un calendrier scolaire. Ce qui nous permettrait de développer des jeunes à l’intérieur d’un cadre scolaire en plus de créer un bassin de recrutement », ajoute M. Dallaire.

Alors que le début de la semaine est consacré aux matières traditionnelles, les journées de jeudi et de vendredi permettent aux élèves de se consacrer aux apprentissages du métier de pompier. Ils naviguent ainsi entre une formation théorique et pratique.

Les huit adolescents sont confrontés à la réalité du métier. « On place l’individu face au travail qu’il aura à faire. Quand on reçoit un appel, c’est parce qu’il y a un drame humain. Il faut les préparer à la réalité », souligne le directeur du Service de prévention des incendies de la Ville d’Alma.

Les cours qui sont donnés par des formateurs de l’équipe du Service de prévention des incendies de la Ville d’Alma sont suivis à l’intérieur de leurs locaux, dont la caserne Antoine-Lavoie d’Alma.

La formation qui se découpe en trois sections répond aux standards de la profession. Elle sera suivie d’un segment final qui comprendra la qualification professionnelle.

Le directeur du Service de prévention des incendies de la Ville d’Alma, Bernard Dallaire, tient à souligner que les participants au projet-pilote n’obtiennent pas une formation à rabais puisqu’ils doivent, eux aussi, atteindre les compétences rattachées à la norme NFPA 1001.

formation ajustée

La formation Pompier 1 n’est pas habituellement destinée à d’aussi jeunes apprenants. Les notions sont ainsi enseignées différemment.

Le responsable de la formation, Simon Nicole, mentionne que les jeunes présentent des aptitudes manuelles en plus d’être très visuels. En revanche, ils n’ont pas la même expérience que les membres des autres groupes de formation.

« Avec les jeunes, il faut davantage vulgariser la formation », explique celui qui fait habituellement face à un groupe dont la moyenne d’âge est plus élevée.

Jusqu’à présent, les huit élèves ont complété une première série d’examens. M. Dallaire assure que le bilan est déjà très positif. Les adolescents devraient avoir complété la formation Pompier 1 à temps pour la fin du calendrier scolaire.

Au tiers de ce projet pilote, Bernard Dallaire, envisage la suite. Il réfléchit déjà à la place qui pourrait être occupée par les futurs étudiants lors de réelles interventions. Ainsi, les étudiants en formation pourraient occuper un rôle de support aux équipes en action.

+

PAS UNE SURPRISE 

La mise sur pied d’un projet pilote visant à offrir la formation Pompier 1 en milieu scolaire par le Service de prévention des incendies de la Ville d’Alma en collaboration avec la Commission scolaire du Lac-Saint-Jean est loin d’être surprenante. 

Rappelons que le Service de prévention des incendies de la Ville d’Alma, qui est mandaté par l’École nationale de pompier, est gestionnaire de formations en plus d’être le pôle régional de l’École nationale des pompiers du Québec.

Les discussions impliquant le ministère de la Sécurité publique, l’École nationale des pompiers du Québec, le Service des incendies de la Ville de La Malbaie et le Service de prévention des incendies de la Ville d’Alma ont débuté l’an dernier, avec comme objectif de tendre vers des pistes de solutions aux problèmes de recrutement. 

Un projet pilote similaire est en cours à La Malbaie. La différence est que la formation Pompier 1 se greffe au calendrier scolaire comme une activité parascolaire.