Michel St-Gelais, directeur général de la Maison d’accueil pour sans-abri, s’est dit rassuré face au respect des besoins spécifiques de l’organisme dans le cadre du projet d’un centre regroupant plusieurs ressources.
Michel St-Gelais, directeur général de la Maison d’accueil pour sans-abri, s’est dit rassuré face au respect des besoins spécifiques de l’organisme dans le cadre du projet d’un centre regroupant plusieurs ressources.

Projet de regroupement des ressources en santé mentale: un comité sera formé

Eve-Marie Fortier
Eve-Marie Fortier
Le Quotidien
À l’issue d’une rencontre avec les intervenants impliqués dans le projet du nouvel édifice pour accueillir les sans-abri et les ressources en santé mentale au centre-ville de Chicoutimi, les organismes se disent confiants face à l’avancement du dossier. Un comité sera formé pour évaluer les besoins des différents organismes.

Lors de la rencontre qui a eu lieu mercredi matin au siège social du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS), il a été convenu de mettre en place un comité qui analysera les besoins spécifiques à chaque organisme.

Les intervenants présents à la rencontre étaient emballés à l’idée que le CIUSSS puisse autant s’impliquer, a-t-on indiqué, du côté du bureau de la ministre Andrée Laforest. Le CIUSSS pourra encadrer les acteurs afin de s’assurer que les demandes en terme d’habitation et de besoins soient cohérentes et respectées.

Une seule ligne de pensée propulsera désormais le projet. Il sera plus facile de déterminer les besoins individuels de chacun pour arriver à un projet commun qui proviendra des organismes et qui ne leur sera pas imposé, a-t-on ajouté.

Pour l’instant, seuls la Maison d’accueil pour sans-abri et les organismes œuvrant en santé mentale se retrouveraient sous le même toit. Par contre, d’autres acteurs pourraient se greffer au projet en cours de route si un besoin s’identifiait.

La Maison pour sans-abri est rassurée

En décembre dernier, Michel St-Gelais, directeur général de la Maison d’accueil pour sans-abri, a avoué au Quotidien ses craintes face au partage de la nouvelle bâtisse. À la suite de la rencontre de mercredi, il s’est dit confiant face au respect des besoins spécifiques à la Maison d’accueil pour sans-abri.

« Nous conservons notre autonomie face à notre offre de services », a-t-il souligné.