RSI Envrionnement à Saint-Ambroise profitera certainement de cette décision du gouvernement.
RSI Envrionnement à Saint-Ambroise profitera certainement de cette décision du gouvernement.

Projet de loi 66: les sols contaminés seront traités

Samuel Duchaine
Samuel Duchaine
Le Quotidien
La lutte pour l’environnement a fait un gain considérable dans le projet de loi 66 visant l’accélération de 181 projets d’infrastructures au Québec, alors que les donneurs d’ouvrage devront privilégier le traitement des sols contaminés plutôt que de choisir le sous-traitant le moins cher, ce qui amenait généralement ces sols à être enfouis en Ontario, plutôt que d’être traités au Québec.

L’amendement proposé par le député de Jonquière et porte-parole en matière d’environnement au Parti québécois, Sylvain Gaudreault, a été accepté par le gouvernement, de quoi réjouir le principal intéressé, qui avait dénoncé le sort des sols contaminés retirés pour la construction du Réseau express métropolitain (REM) à Montréal, lesquels ont été envoyés à l’enfouissement chez nos voisins ontariens.

« C’est un pas important pour ces 181 projets. Ce n’est pas parfait, mais le pas est fait et l’engrenage est en place. On va pouvoir s’appuyer là-dessus pour tenter de poursuivre dans cette voie pour le futur », a laissé savoir M. Gaudreault.

Le choix du traitement des sols sera donc obligatoire pour ces 181 projets, dont cinq sont prévus au Saguenay-Lac-Saint-Jean, soit la construction des trois maisons des aînés à Alma, Roberval et Saguenay, ainsi que les travaux d’agrandissement des blocs opératoires des hôpitaux de Chicoutimi et de Roberval, dans la mesure où il sera possible de le faire.

Le député de Jonquière, Sylvain Gaudreault, voulait faire bouger les choses en ce qui a trait au traitement des sols contaminés et il a obtenu un gain considérable dans le projet de loi 66.

De plus, le député de Jonquière a demandé une traçabilité des sols afin de s’assurer qu’ils ont bel et bien été décontaminés. Cette partie de l’amendement entrera en vigueur quand le règlement sur la traçabilité du ministère de l’Environnement sera prêt. M. Gaudreault espère que son amendement aura pour effet d’accélérer le processus.

RSI se réjouit de ce gain

La compagnie de Saint-Ambroise RSI Environnement, qui avait vu le contrat de traitement des sols du REM lui passer sous le nez, se réjouit de voir que des décisions en faveur de l’environnement sont prises, quelques jours après la polémique entourant la décision d’envoyer des sols contaminés en Ontario, plutôt que d’être traités.

« Pour nous, et pour toutes les autres compagnies de la province qui traitent les sols, c’est une très bonne nouvelle. Je dois avouer que je ne m’y attendais pas. Je savais que M. Gaudreault travaillait fort pour l’environnement, mais de voir un amendement comme ça qui favorise la revalorisation des sols, c’est une excellente nouvelle », a commenté le directeur des ventes chez RSI Environnement, Luc Caza.

Il a également salué la vitesse à laquelle le tout s’est fait et la bonne volonté de Sylvain Gaudreault. « En politique, il y a toujours des gens avec beaucoup de bonne volonté, mais c’est souvent long. De voir ça arriver aussi rapidement, on ne pouvait pas demander mieux. Je remercie M. Gaudreault en mon nom, mais aussi au nom de toutes les autres personnes qui traitent les sols. On a des solutions vertes au Québec et on est tous contents de voir que tout le monde va dans la même direction. »

Cet amendement permettra à RSI de consolider une cinquantaine d’emplois de qualité dans la région, alors que l’entreprise s’approche peu à peu d’être en mesure d’opérer à l’année.