Saguenay (Jonquière) Salle Pierrette-Gaudreault, Conseil de ville de Saguenay Carl Dufour, conseiller

Projet de l'entreprise Claveau et fils: le risque d'un référendum évoqué

La présence de l'entreprise Claveau et fils sur le boulevard Saguenay au coeur d'un quartier résidentiel de Kénogami continue de déranger. Les résidants du secteur suivent de près l'évolution du zonage de l'entreprise et songent à la possibilité de déclencher un processus référendaire lorsque l'avis public sera publié.
Plusieurs citoyens ont partagé leurs inquiétudes quant à ce projet, mardi soir, en marge de la séance ordinaire du conseil d'arrondissement de Jonquière, tenue à la salle Pierrette-Gaudreault.
Le point à l'ordre du jour concernant le projet particulier de construction, de modification ou d'occupation d'un immeuble (PPCMOI) de Claveau et fils a été reporté à une date non déterminée, ce qui n'a pas empêché les résidants du secteur de partager leurs craintes.
Un PPCMOI est un outil servant à autoriser un projet non conforme à la réglementation, mais conforme aux objectifs du plan d'urbanisme. Cette demande est souvent formulée pour des projets présentant des caractéristiques particulières.
Dans ce cas précis, la demande viendrait permettre l'usage entrepreneur de deux bâtiments. La requête vise « surtout à régulariser les activités de la compagnie », selon le président de l'arrondissement de Jonquière, Carl Dufour, qui a tenté de se faire rassurant.
« Ce projet-là nous préoccupe grandement. Ils nous restent beaucoup de questions, et nous serons présents à la prochaine rencontre. La jouissance paisible des lieux, ça fait longtemps qu'on l'a perdue, et là, ça risque d'être encore pire. On ne cherche pas la guerre, on cherche la paix. Mais si jamais ce projet passe, on risque d'aller en référendum sur la question », a commenté France Gilbert, de la rue Bourassa, en entrevue avec Le Quotidien.
«C'est l'enfer»
Les résidants du quartier dénoncent une pollution sonore et visuelle relativement aux activités de l'entreprise et s'inquiètent pour la sécurité du secteur. Ils reprochent aussi à Claveau et fils d'avoir accumulé de la terre sur son terrain et d'avoir graduellement étendu son occupation.
Les résidants opposés au projet ne le cachent pas : leur but ultime est la relocalisation de l'entreprise.
«Je me trouve martyrisé, a pour sa part partagé Frank Lapointe. Ça fait 60 ans que j'habite dans le quartier. Cette entreprise-là doit être relocalisée. Depuis trois ans, c'est l'enfer. Il y a beaucoup de bruit.»
«Il y a trois groupes dans ce dossier, deux groupes de citoyens et l'entrepreneur, a ajouté l'échevin Carl Dufour. On veut être certain que ces groupes comprennent les tenants et aboutissants de la décision que prendra la ville. C'est pour cette raison qu'on n'a pas voulu précipiter la décision.»
Selon les représentants municipaux, le PPCMOI vise surtout à confirmer les droits acquis de l'entreprise Claveau et fils par l'obtention d'un permis de zonage et à améliorer l'aménagement paysager afin de diminuer les impacts visuels.
L'entreprise Claveau et fils est un entrepreneur général spécialisé en travaux d'excavation et de construction qui opère dans la région depuis plus de 70 ans.