Projet de coop pour remplacer la main-d'oeuvre agricole

L’Union des producteurs agricoles (UPA) du Saguenay-Lac-Saint-Jean tente d’offrir un peu de répit à ses membres en mettant sur pied un service de remplacement de main-d’œuvre. Un minimum de 20 adhérents provenant de la région est requis pour permettre au projet pilote d’une durée de trois ans d’aller de l’avant.

Le projet de coopérative assurerait de la main-d’œuvre qualifiée aux agriculteurs « en cas d’accident, de maladie, de décès, de congé parental ou d’implications professionnelles » dans un délai rapide.

Pour bénéficier du service, les producteurs intéressés doivent devenir membres de la mutuelle de remplacement en défrayant une cotisation annuelle de 350 $. Ils devront ensuite rémunérer la main d’œuvre selon le taux horaire convenu.

« C’est un beau projet qui est mobilisateur. On souhaite vraiment avoir un maximum de producteurs. Il faut partager l’information. Les producteurs qui en ont le plus besoin sont ceux qui ne sont pas en mesure de sortir de leur entreprise et de venir à nos activités. Je les invite à nous contacter à la fédération », explique le conseiller coordonnateur à l’UPA Saguenay-Lac-Saint-Jean, Nicolas Maltais.

Le comité chargé de mettre sur pied le projet s’est inspiré de modèles de coopératives existants, dont celui de la MRC d’Arthabaska, mis sur pied il y a cinq ans.

Les agriculteurs ont jusqu’au 15 mai pour faire parvenir le protocole d’entente et le paiement à la Fédération de l’UPA du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Le service de remplacement agricole pourrait débuter dès le 1er août prochain si le nombre minimal de membres est atteint. Le service de partage de main-d’œuvre débutera dans le secteur qui regroupera le plus grand nombre d’agriculteurs.

Advenant un nombre insuffisant de participants, aucun frais ne sera réclamé aux agriculteurs qui ont manifesté leur intérêt.