Le candidat à la mairie Jean-Pierre Blackburn fait de la réfection du réseau routier sa priorité.

Programme de Jean-Pierre Blackburn: 31 M$ pour les routes

Le chef du Parti des citoyens de Saguenay et candidat à la mairie, Jean-Pierre Blackburn, s'engage à porter le budget pour la réfection du réseau routier à plus de 31 M $, au lendemain du scrutin s'il est élu, et à mettre en place un plan quinquennal à frais partagés avec le gouvernement du Québec afin de réparer les routes le plus rapidement possible.
L'ancien ministre fédéral a lancé le bal du dévoilement des programmes électoraux dans la capitale régionale, en vue du vote du 5 novembre prochain, au cours d'une conférence de presse jeudi matin au Centre des congrès de l'hôtel Delta, à Jonquière. Il était accompagné de quelques-uns des candidats au poste de conseiller municipal pour présenter sa première priorité.
« C'est énorme, tout ce qu'il y a à refaire », lance M. Blackburn en citant le rapport du vérificateur général de Saguenay publié en septembre 2016. Celui-ci révèle que près de 40 % des routes de la ville sont en mauvais ou en très mauvais état, l'équivalent de 449 kilomètres sur un total de 1150.
Dès son entrée en fonction, s'il remporte le scrutin du 5 novembre, le candidat à la mairie veut hausser de 50 % le budget déjà alloué de 21 millions $, et compte interpeller le premier ministre provincial Philippe Couillard, également ministre responsable du Saguenay-Lac-Saint-Jean.
Plan quinquennal
Jean-Pierre Blackburn souhaite l'appui financier de Québec pour « prendre le dessus » plus rapidement, le tout intégré dans un plan sur cinq ans qui prendrait forme au cours de l'année suivant les élections municipales. Plusieurs paramètres seront pris en compte, comme la priorisation des infrastructures selon leur catégorie et la mise en place d'une politique à long terme, mais le candidat insiste sur « le suivi strict de la qualité des travaux ».
Nommé officiellement à la tête du parti comme successeur du maire Jean Tremblay le 7 mai, Jean-Pierre Blackburn assure être à l'écoute des préoccupations des Saguenéens depuis plusieurs mois et être « déterminé à faire une différence dans la gestion » de la ville.
« Quand un citoyen brise une pièce de son automobile dans un nid-de-poule, ça ne prend pas longtemps que la facture monte à quelques centaines de dollars dans un garage. Ça aussi, c'est comme une taxe pour lui », confie-t-il.
Le politicien ne cible pas de somme précise attendue par le gouvernement, mais préfère afficher ses intentions tout de suite, surtout qu'un programme de financement des infrastructures a été annoncé par Ottawa pour aider les provinces.
« En 2014, Saguenay a dépensé 16 M $ pour le réseau routier. Même chose en 2015. La Ville a investi 19 M $ en 2016 et 21 M $ cette année. À ce rythme, ça va prendre beaucoup beaucoup d'années pour régulariser la situation », croit celui qui ne semble pas prêt à alourdir le compte de taxes des citoyens. Selon M. Blackburn, plusieurs villes et régions de la province seraient intéressées à une aide gouvernementale, étant donné qu'elles ne croissent pas au même rythme que la capitale ou la métropole par exemple, tout comme leurs revenus.
L'ERD doute
Principale opposition à l'hôtel de ville, l'Équipe du Renouveau démocratique (ERD) doute de la faisabilité de la proposition de M. Blackburn et y voit un « constat de l'échec du Parti des citoyens de Saguenay en matière d'infrastructures municipales ».
« Le gouvernement accorde des subventions dans le cadre des programmes en place et Saguenay en profite déjà chaque année. Il faut cesser de croire que Québec va venir sauver notre réseau routier. C'est à la Ville d'investir plus massivement », réagit la chef de l'ERD et autre candidate à la mairie, Josée Néron, par voie de communiqué. Celle-ci entend présenter son programme bientôt.