La grande roue des Hivernades était installée à la Place du Citoyen.

Programme de dons et subventions: les effets se font déjà sentir

Exit la grande roue des Hivernades cette année. La Ville juge inutile de payer 20 000 $ pour ce type d’infrastructure en plein mois de février. L’an prochain, le Podium Pierre Lavoie, un programme de bourses accordées à des athlètes d’élite, devra pour sa part renoncer aux quelque 30 000 $ que lui verse Saguenay annuellement. Il s’agit d’exemples concrets de coupes dans le programme municipal de dons et subventions, lequel fait présentement l’objet d’une refonte.

Président du comité des finances à Saguenay, Michel Potvin confirme que certains organismes et événements ont déjà été informés qu’ils ne toucheront plus d’argent en provenance des coffres municipaux ou que les subventions accordées seront réduites. L’exercice est complexe et les analyses doivent être réalisées avec soin pour ne pas, comme l’image Michel Potvin, « tuer le patient en coupant ».

Selon le président, une quinzaine de millions sont versés annuellement à une kyrielle de festivals, d’événements et d’organismes sans but lucratif (OSBL). L’administration Néron a déjà annoncé son intention de revoir les critères d’admissibilité au programme de dons et subventions et de construire une grille d’analyse selon des critères précis. Michel Potvin explique que les paramètres sont revus, avec pour objectif de centraliser toutes les sommes octroyées. Les contributions ne seront plus versées « à droite et à gauche » comme c’était le cas sous le règne de l’administration précédente, alors que la Ville, Promotion Saguenay, les arrondissements, le comité exécutif et les conseillers pouvaient soutenir les initiatives de leurs choix. 

« Il y a eu des coupures qu’on a faites de façon systématique et tout le monde était d’accord. Avant, tout était permis à la Ville et tu n’avais qu’à demander. Une grande roue en plein hiver aux Hivernades à 20 000 $, ça ne tenait pas la route. Pour le podium Pierre Lavoie, ç’a été une décision facile. Ce n’était pas notre mandat. Il s’en donne déjà aux athlètes par d’autres intermédiaires », a expliqué Michel Potvin, au cours d’un entretien téléphonique. Le président du comité des finances précise que les conseillers municipaux conserveront leur enveloppe de 18 000 $ destinée à l’aide aux organismes. 

Michel Potvin rappelle l’importance d’agir avec discernement et intelligence dans la révision du programme. Le processus menant à la prise de décision doit être rigoureux et tenir compte des besoins réels des organismes. 

« Ça va prendre des semaines faire ça. Il faut le faire de façon intelligente, pointue et bien justifiée. Ce serait facile de dire : “on coupe 20 pour cent”, mais ça ne marche pas de même. Ça pourrait arriver qu’on ne coupe pas grand-chose, mais ce serait surprenant que ça reste pareil », croit Michel Potvin.

Michel Potvin

Fin des spectacles gratuits ?

Parmi les éléments analysés figurent les spectacles gratuits à la Zone portuaire, dont la Ville pourrait sonner le glas. Aucune décision n’a encore été prise à ce sujet, mais Michel Potvin confirme que le directeur général, Fabien Hovington, sera rencontré.

« Ce n’est pas la faute de Fabien Hovington. Il avait le mandat de faire des spectacles gratuits. Du pain et des jeux, c’était ça à Saguenay avant et ç’a duré pendant 20 ans », note le conseiller municipal. 

« Comme gestionnaires, il faut être efficaces et responsables. Il faut que tout ça soit réfléchi et il faut être très prudents parce que pour certains organismes, un 3000 $ ou 4000 $ peut faire toute la différence. On est aussi conscients qu’une organisation qui commence a besoin de beaucoup plus d’aide. Il y a des dossiers plus délicats et difficiles. Pour l’instant, la recette, on ne l’a pas. On est en train de la trouver », ajoute Michel Potvin, qui veut que les nouveaux critères d’analyse soient connus de tous les conseillers et soumis à leur aval. Attachée de presse au cabinet de la mairesse Néron, Cindy Girard a précisé que la nouvelle politique de dons et subventions sera adoptée d’ici à la fin de l’année. 

Relance du Carnaval-Souvenir de Chicoutimi : Saguenay n’est pas contre l’idée

La Ville n’est pas contre la relance du Carnaval-Souvenir de Chicoutimi, comme l’a récemment proposé le conseiller municipal de Chicoutimi-Nord, Marc Pettersen.

« On est à l’écoute. Le Carnaval-Souvenir, c’était une excellente activité qui s’autosuffisait. Il y avait des bénévoles chevronnés et motivés dans cette organisation-là. On a tassé ces gens-là qui faisaient des miracles chaque année. Pour le repartir, ça va prendre une bonne équipe de bénévoles. On n’est pas fermés, mais on a des contraintes budgétaires et il faut prendre les bonnes décisions et soutenir les bons événements », indique le président du comité des finances de Saguenay, Michel Potvin. 

Quant à la multitude de projets présentement à l’étude par les autorités municipales, le grand argentier de la Ville rappelle que les élus et fonctionnaires sont « à l’écoute ».

« On parle beaucoup d’un complexe multisport et d’un soccer dôme. Il y a plein de projets. On écoute tout le monde, mais tous ces projets-là coûtent de l’argent. À un moment donné, il va falloir décider », convient Michel Potvin.