Le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant, a annoncé l’octroi d’une somme de 1,4 M$ pour le Saguenay-Lac-Saint-Jean. Le montant s’inscrit dans le programme Agir tôt.

Programme Agir tôt: 1,4 M$ investis dans la région

Le gouvernement du Québec investit 1 400 700 dollars dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean afin de rehausser les équipes d’intervention auprès des jeunes et d’améliorer les services de dépistage. Le programme Agir tôt s’adresse aux jeunes enfants présentant un retard de développement, une déficience physique, une déficience intellectuelle ou un trouble du spectre de l’autisme.

L’annonce a été faite, mardi, par le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant, en compagnie de la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation et ministre responsable de la région, Andrée Laforest. Les députés caquistes de la région, Éric Girard, Nancy Guillemette et François Tremblay, le député péquiste Sylvain Gaudreault et des dirigeants du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean participaient à l’annonce.

Celui qui occupait la fonction de neuropédiatre au CHU Sainte-Justine a avoué que le projet Agir tôt est à l’origine de son saut en politique et qu’il en a fait une mission personnelle. « Je n’en pouvais plus de voir les délais exagérés que nos enfants avaient à attendre pour obtenir des services au niveau des soins professionnels quand ils avaient un retard au niveau de leur développement. Ce qui me fâchait, c’est que moi et mon entourage on pouvait aller chercher ces services au privé. Mais ceux qui en avaient le plus besoin devaient attendre sur les listes parfois pendant deux ans. Cela limitait le potentiel de ces enfants, surtout au niveau de la scolarisation », a-t-il confié lors d’un arrêt de la tournée provinciale.

Le programme Agir tôt se déploie sous deux volets, dont une plate-forme informatique qui permet aux parents, aux éducateurs et aux professionnels de la santé d’identifier les problèmes de l’enfant et de le référer au professionnel requis.

Le député Éric Girard, la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation et ministre responsable de la région, Andrée Laforest, la députée Nancy Guillemette, le député François Tremblay et la PDG du CIUSSS Saguenay-Lac-Saint-Jean, Julie Labbé, entourent le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant (3e à partir de la gauche).

L’ajout de ressources professionnelles au sein du réseau de la santé devrait alléger de manière importante les délais d’attente pour l’accès à des services. Le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux est d’avis qu’Agir tôt « permettra à des familles de partout au Québec d’avoir accès à des services ». Celui-ci souligne la collaboration entre la famille, la santé et l’éducation afin d’obtenir la fluidité des services. M. Carmant cite en exemple une éducatrice en CPE qui note un retard chez un enfant et qui pourra le référer vers le CLSC sans devoir obtenir une consultation médicale. Le questionnaire permettra une intervention précoce.

Lionel Carmant a profité de son passage à Alma pour souligner que les principes du programme sont déjà implantés dans la région. Il a notamment rappelé les services de proximité ainsi que les interventions réalisées dans les familles, les milieux d’accueil et les services de garde.

La ministre des Affaires municipales et de l’Habitation et ministre responsable de la région, Andrée Laforest a, sans surprise, accueilli l’annonce favorablement. « Agir tôt est une formidable initiative réalisée aux bénéfices de ce que nous avons de plus précieux dans notre société, soit les enfants. […] Encore trop d’enfants, aujourd’hui, sont détectés tardivement après le début du parcours scolaire, limitant malheureusement l’efficacité des interventions. Le nouvel outil aura de nombreux bénéfices et viendra faciliter les démarches et orienter les parents et les enfants vers les bonnes ressources plus tôt », a mentionné l’enseignante de formation.

« On sait tous à quel point une attitude préventive et proactive nous permet d’agir sur l’avenir de manière positive. Une telle approche prend toute son importance quand il s’agit de la vie de personnes et s’avère particulièrement pertinente lorsqu’il est question du développement des enfants qui sont l’avenir de notre société », a ajouté le député de Lac-Saint-Jean, Éric Girard.

La directrice des programmes santé mentale et dépendance et du programme jeunesse du CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Julie Lavoie, croit que l’annonce aura des retombées concrètes pour les enfants et que les parents seront mieux outillés pour les accompagner. Mme Lavoie a rappelé que, dans la région, près de 26 % des enfants de la maternelle sont considérés comme vulnérables dans au moins un domaine du développement dont, en grande partie, les développements cognitif et langagier.

Le programme Agir tôt, présenté comme un engagement phare du gouvernement, est à l’origine d’investissements de 48 millions de dollars pour l’année en cours et pour l’année à venir. Les sommes atteindront 88 millions de dollars d’ici 2023-2024.