Produits forestiers Résolu a annoncé la fermeture de la machine à papier numéro 10 à compter de vendredi prochain à l’usine d’Alma, car le marché du papier de type circulaire s’est grandement détérioré au cours des dernières semaines. Près de 80 travailleurs sont touchés par cette annonce.
Produits forestiers Résolu a annoncé la fermeture de la machine à papier numéro 10 à compter de vendredi prochain à l’usine d’Alma, car le marché du papier de type circulaire s’est grandement détérioré au cours des dernières semaines. Près de 80 travailleurs sont touchés par cette annonce.

Produits forestiers Résolu ferme la machine numéro 10 à Alma

Guillaume Roy
Guillaume Roy
Initiative de journalisme local - Le Quotidien
Produits forestiers Résolu a annoncé la fermeture de la machine à papier numéro 10 à compter de vendredi prochain à l’usine d’Alma, car le marché du papier de type circulaire s’est grandement détérioré au cours des dernières semaines. Près de 80 travailleurs sont touchés par cette annonce.

« On ne manque pas de clients, mais les commandes ne sont pas au rendez-vous », remarque Karl Blackburn, le porte-parole de Produits forestiers Résolu (PFR). Avec un Publisac de plus en plus mince, des journaux qui ne publient qu’un seul exemplaire par semaine, des multinationales comme Walmart qui ont arrêté de distribuer des circulaires, le marché du papier de type circulaire est en chute libre, souligne ce dernier. 

Confronté à cette réalité, PFR a pris la décision de fermer la machine numéro 10, forçant la mise à pied de près de 80 employés. Cette annonce s’ajoute à la fermeture de la machine no 9, qui avait affecté 50 travailleurs. Malgré ces fermetures, plus de 200 travailleurs sont toujours à l’œuvre à l’usine d’Alma pour travailler sur la machine numéro 14, plus polyvalente pour la production de différents types de papiers.

Alexis Brunelle-Duceppe, le député de Lac-Saint-Jean, a été secoué à l’annonce de la fermeture de la machine no 10, car il travaillait lui-même à l’usine d’Alma avant de devenir le député de Lac-Saint-Jean. « Ce sont 80 travailleurs, 80 collègues, qui se retrouveront sans emploi à partir du 15 mai prochain. Avec la récente fermeture de la machine #9, c’est 130 employés qui sont directement affectés par ces fermetures. Je suis de tout cœur avec mes camarades qui ont dû faire face à cette annonce douloureuse », a-t-il indiqué. 

Si 130 travailleurs sont touchés, Karl Blackburn souligne que toutes les autres usines à papier dans la région fonctionnent à plein régime en ce moment, et que près de 830 employés sont toujours à l’emploi. Pour les travailleurs touchés par les fermetures de machines, ce dernier remarque que PFR tentera de leur trouver un poste à l’interne, quitte à déplacer un fournisseur externe qui offrait le service. 

En plus de la fermeture de deux machines dans la région, les usines de papier d’Amos et de Baie-Comeau de PFR sont également à l’arrêt. « Nous sommes conscients que le secteur du papier est en diminution, mais nous sommes aussi convaincus que l’on peut jouer un rôle de leader dans ce secteur, tout en faisant une transition vers d’autres produits, si on peut accéder à un volume suffisant de fibre de qualité à un coût compétitif. Le problème, c’est que la COVID-19 est venue brouiller les cartes et détériorant le marché de manière soudaine. » Pendant ce temps, le marché de la pâte, produite notamment à Saint-Félicien, est très bon, car la pâte sert à fabriquer du papier hygiénique et des produits médicaux. 

Karl Blackburn estime que les gouvernements devront produire un plan de relance de l’économie pour aider les entreprises à passer à travers cette crise. 

Saint-Thomas-Dydime redémarre

À partir du 25 mai, les travailleurs de la scierie de Saint-Thomas-Didyme pourront retourner au travail. « Le marché du stud est plus favorable, ce qui nous permet de relancer l’usine de Saint-Thomas et de rappeler une quarantaine de travailleurs », explique Karl Blackburn. Bien que le marché du bois d’œuvre soit miné par la baisse dramatique des mises en chantiers, les produits de 2x3 et de 2x4 de longueur de 8 et 9 pieds connaissent une certaine embellie, dit-il, car plusieurs usines sciage, aussi bien au Québec que dans l’Ouest canadien, ont fermé temporairement, ce qui crée une demande pour ce produit.