Prise d'otage à Chicoutimi

Un individu d'une quarantaine d'années s'expose à des accusations sérieuses après avoir pris une employée de l'hôtel Comfort Inn, de Chicoutimi, en otage à la pointe d'un couteau.
L'incident est survenu tôt dimanche matin à l'établissement du boulevard Talbot. Au bout du compte, personne n'a été blessé, mais trois employés, dont celle impliquée dans la prise d'otage, ont été conduits à l'hôpital de Chicoutimi pour y soigner un choc nerveux.
Les agents ont mis environ 20 minutes pour mettre un terme à la prise d'otage. Ils auraient profité d'un moment de distraction pour désarmer l'individu, bien connu du système judiciaire, et libérer l'employée.
« Un premier appel est entré à la centrale vers 6 h 50 dimanche matin. On y parlait d'un individu qui semblait bizarre et qui demandait une chambre », raconte le lieutenant Stéphane Cormier, de la Sécurité publique de Saguenay.
« Un deuxième appel est arrivé nous disant que l'homme avait pris une employée en otage et lui pointait un couteau sur la poitrine ou sous la gorge. Nos équipes, qui étaient déjà dépêchées sur les lieux, ont été avisées de la situation. Ils ont réussi à la maîtriser en une vingtaine de minutes. L'individu a été arrêté et conduit au poste de police de Chicoutimi », ajoute M. Cormier.
Il n'a pas été possible d'en savoir davantage sur les motifs de cette histoire. Certaines informations laissent voir que l'homme pouvait se trouver en état d'ébriété ou encore sous l'effet de stupéfiants.
Le quadragénaire est bien connu des policiers. Il possède plusieurs antécédents judiciaires. Il aurait été notamment condamné pour conduite en état d'ébriété et pour violence.
Peu de tapage
Mise à part la présence de quelques voitures balisées de la Sécurité publique de Saguenay, du camion du Service d'identité judiciaire et de quelques policiers, les choses semblaient relativement calmes autour et à l'intérieur du bâtiment en début de matinée.
Il faut savoir que la réception de l'hôtel a été temporairement déplacée dans le motel en raison de travaux de rénovation. La réception se trouve dans une chambre de l'établissement à plusieurs pieds du hall d'entrée habituel.
Des clients du motel, qui revenaient du petit déjeuner, ont avoué n'avoir rien vu et rien entendu des événements.
Quant à l'employé qui se trouvait à la réception, il venait à peine de prendre son quart de travail et n'avait donc pas été témoin de la prise d'otage.
Quelques personnes auraient été évacuées de l'hôtel par mesure de précaution.
Pour revenir à l'auteur du méfait, il pourrait être accusé d'utilisation d'une arme dans un dessein dangereux, de menace et de prise d'otage notamment.