L'usine de St-Thomas-Didyme souligne un million d'heures sans accident de travail.

Presque cinq ans sans accident

La centaine d’employés de la scierie de Saint-Thomas-Didyme de Produits forestiers Résolu vont souligner un jalon important vendredi prochain, puisque cela fait près de cinq ans maintenant qu’aucun accident de travail ne s’est produit sur leur lieu de travail.

« Ça représente presque 10 000 heures de travail par travailleur sans se blesser », note le directeur de l’usine, David Côté. Ces employés ont atteint le 20 septembre dernier la marque symbolique d’un million d’heures travaillées sans accident. Pour le directeur, cette marque représente une belle fierté, même si le chemin pour arriver à ce point représente un défi de tous les jours. 

« C’est quand même un grand défi quand on sait que le travail en usine peut devenir routinier. Journée après journée, heure après heure, il faut que nos travailleurs gardent un éveil au risque. La sécurité, il n’y a pas vraiment de livre de recettes. Plus tu en fais, plus ton œil se forme à déceler les risques. Souvent, je prends l’exemple de conduire sur une autoroute durant des heures et des heures. Après quelques minutes, on tombe déjà dans la routine. En usine, tu deviens vite habitué à ton environnement de travail », illustre M. Côté.

Le million d’heures souligné

Vendredi prochain, la haute direction de PFR — dont le président-directeur général Yves Laflamme — sera à Saint-Thomas-Didyme pour féliciter les travailleurs, mais aussi pour leur remettre une enveloppe de 15 000 $ en vertu de leur programme de récompense pour chaque tranche de 250 000 heures sans accident. 

La direction de l’usine remettra trois chèques de 5000 $ à autant d’organismes locaux, soit la Fondation sur la pointe des pieds, la Société canadienne du cancer et la Fondation Centre Maria-Chapdelaine. 

Au cours des cinq dernières années, l’usine de Saint-Thomas-Didyme aura ainsi remis un total de 42 000 $ à la communauté. 

Par ailleurs, la plupart des usines de PFR se démarquent pour ce qui est de la sécurité au travail. Cette année l’usine de Saint-Félicien a franchi le cap des 750 000 heures travaillées sans accident. À Alma, les employés ont effectué 1 735 000 heures de travail en toute sécurité, un record pour l’entreprise.

+

DES INNOVATIONS RÉGIONALES QUI ASSURENT LA SÉCURITÉ DES TRAVAILLEURS

L’entreprise Produits forestiers Résolu ne lésine pas lorsque vient le temps de parler de sécurité dans ses usines. Les travailleurs du Saguenay—Lac-Saint-Jean l’ont bien compris au fil du temps et sont même à l’origine de plusieurs innovations technologiques en matière de santé et sécurité qui ont par la suite été implantées dans l’ensemble des installations de PFR. Le Quotidien vous fait découvrir quatre innovations de chez nous qui changent la façon de travailler de milliers de travailleurs en Amérique du Nord. 

L'habit vert (Usine Kénogami)

Depuis 2014, les travailleurs exposés aux produits chimiques dans l’ensemble des usines de pâtes et papier de PFR revêtissent une combinaison pensée et développée par les travailleurs de l’usine de Kénogami. Ces combinaisons, qui protègent des éclaboussures, sont dotées de manches plus longues pour garder les bras couverts quand il faut les étendre et de rembourrage pour les genoux et les coudes. Les nouvelles combinaisons sont mieux ventilées que les anciennes combinaisons jetables, qui elles n’avaient qu’une durée de vie moyenne de quelques jours seulement. En comparaison, les combinaisons qui sont entièrement conçues par l’entreprise régionale Noriske (Équipements Saguenay) ont une durée de vie d’environ un an et réduisent les coûts annuels en équipement de 85 % pour PFR. 

Manchette «anti-coupure» (Usine Kénogami)

Cette manchette qui s’ajoute par dessus la combinaison de base sert de protection aux avant-bras lors de l’utilisation de couteaux par exemple pour amincir le fond des rouleaux de papier ou lors de la manutention de lames bobineuses ou de calandres. Le design de la pièce d’équipement provient là encore de l’usine Kénogami.

Gants de protection (Usines Girardville et Mistassini)

Entre 2011 et 2013, PFR a enregistré une moyenne de 20 blessures par coupure par année, ce qui représentait plus de 15 % de leurs blessures enregistrées durant cette période. Grâce à la mise en œuvre de politiques relatives aux outils de coupe et au port obligatoire de gants résistants aux coupures développés dans les usines de Girardville et Mistassini qui sont aujourd’hui utilisés dans toutes les usines de la compagnie, les blessures aux mains dues à des coupures ont diminué drastiquement. Par exemple, un seul incident du genre a été signalé en 2014 et aucun en 2015.

Plateforme d’échelle (Usine Alma)

Les employés de l’usine Alma ont mis au point une plateforme de sécurité qui s’adapte à toutes les échelles de 5 à 8 pieds de hauteur. Le garde de sécurité en métal permet de prévenir les chutes. Cette simple idée a permis de cesser l’utilisation d’échelles plus petites auparavant utilisées, car elles étaient jugées moins dangereuses pour les chutes. Le garde métallique pensé par les travailleurs d’Alma est maintenant utilisé dans toutes les installations de la compagnie.