Depuis plusieurs mois, le locataire de la Maison-Blanche émet des doutes sur la validité du scrutin à venir.
Depuis plusieurs mois, le locataire de la Maison-Blanche émet des doutes sur la validité du scrutin à venir.

Trump suggère aux Américains d’essayer de voter deux fois, tollé général

AFP
Agence France-Presse
WASHINGTON — Le président américain Donald Trump, qui sème depuis plusieurs mois la confusion sur le déroulement de l’élection à venir, a suggéré à ses partisans de voter deux fois, suscitant des réactions indignées.

«Laissez-les envoyer leur vote (par correspondance) et laissez-les voter en personne», a-t-il lancé mercredi, interrogé sur le système en place en Caroline du Nord, l’un des États-clés de l’élection du 3 novembre.

«Si leur système est aussi bon qu’ils le disent, alors ils ne pourront pas voter (deux fois)», a-t-il poursuivi, sur le registre volontiers provocateur qu’il affectionne.

Dans une longue série de tweets jeudi, il a tenté de rectifier un peu le tir, tout en continuant à entretenir la confusion.  

Depuis plusieurs mois, le locataire de la Maison-Blanche émet des doutes sur la validité du scrutin à venir.

Il martèle - sans le moindre élément concret à l’appui - que le recours accru au vote par correspondance en raison de l’épidémie de COVID-19 pourrait entraîner des fraudes massives.

«Il est illégal de voter deux fois lors d’une élection», a rappelé Karen Brinson Bell, directrice du Bureau des élections de Caroline du Nord.

L’ancien candidat démocrate à la présidentielle Bernie Sanders a vivement dénoncé les propos présidentiels.

«Pendant des années, Donald Trump a menti sur les “fraudes électorales”. Aujourd’hui, il appelle les habitants de Caroline du Nord à commettre un délit en votant deux fois», s’est-il insurgé.

«Ce président ne croit pas en la démocratie. C’est un autoritaire qui doit être vaincu», a-t-il ajouté.

+

LES SOLDATS MORTS, DES «PERDANTS» POUR TRUMP? LA MAISON-BLANCHE DÉMENT

Donald Trump aurait qualifié les soldats américains morts pendant la Première Guerre mondiale de «perdants» et de «crétins», selon un article du magazine The Atlantic jeudi, des allégations catégoriquement niées par la Maison-Blanche.  

Lors d’une visite en France en novembre 2018 pour commémorer les 100 ans de la fin de la Première Guerre mondiale, le dirigeant républicain avait annulé son déplacement dans un cimetière américain près de Paris, expliquant que les mauvaises conditions météorologiques rendaient impossible la visite.

Mais selon The Atlantic, un mensuel respecté aux États-Unis, le milliardaire new-yorkais n’en voyait tout simplement pas l’intérêt.  

«Pourquoi devrais-je aller à ce cimetière ? C’est rempli de perdants», aurait-il dit à des membres de son équipe, selon le magazine, qui cite plusieurs sources anonymes.

Donald Trump aurait également qualifié les 1541 soldats américains morts pendant la bataille du bois Belleau de «crétins», avant de demander «qui étaient les gentils» pendant ce conflit.

La Maison-Blanche a vigoureusement rejeté la véracité de cet article.

«Personne n’est assez courageux pour apposer son nom à ces accusations. C’est parce qu’elles sont fausses», a notamment déclaré un des porte-parole de l’exécutif, Judd Deere.

Hogan Gidley, un ancien porte-parole de la Maison-Blanche qui avait accompagné M. Trump lors de son voyage en France en 2018, a également dénoncé des accusations «complètement ridicules» et des sources anonymes «minables et lâches».  

Pendant la campagne présidentielle de 2016, Donald Trump s’en était publiquement pris au statut de héros de la guerre du Vietnam du très respecté sénateur républicain John McCain, fait prisonnier et torturé pendant plus de cinq ans.

«C’est un héros parce qu’il a été capturé. J’aime les gens qui ne sont pas capturés», avait-il déclaré.