Hôtel de Ville Saint-Félicien.
Hôtel de Ville Saint-Félicien.

Près de 2 M$ dans le réseau d’aqueduc et d’égouts à Saint-Félicien

Guillaume Pétrin
Guillaume Pétrin
Le Quotidien
Près de 2 M$ seront investis dans le réseau d’aqueduc et d’égouts à Saint-Félicien, l’été prochain, sur deux différents tronçons routiers, les rues Vaudreuil et L.W. Leclerc.

Les projets avaient été présentés l’hiver dernier et c’est au printemps que la Ville avait reçu une réponse positive du ministère des Affaires municipales et de l’Habitation (MAMH).

C’est ainsi que grâce au programme Fonds pour l’infrastructure municipale d’eau (FIMEAU), la Ville recevra un total de 1 481 350 $ en subventions pour l’aider financièrement afin de réaliser les différents travaux.

Pour la rue Vaudreuil, la subvention s’élève à 525 000 $, tandis que pour les travaux effectués sur la rue L.W. Leclerc, le montant alloué est de 956 350 $.

Pour sa part, la Ville devra investir près d’un demi-million de dollars supplémentaire. « Pour l’ensemble de ces travaux, la Ville devra ajouter entre 400 000 $ et 500 000 $ au 1,4 M$, donc ce seront des travaux d’environ 2 M$ pour ces deux tronçons », a fait savoir Dany Coudé, directeur général de Saint-Félicien.

Ces travaux permettront de finaliser des travaux entrepris il y a quelques années. « Pour la rue Vaudreuil, il reste la partie du milieu. Le secteur sud avait été fait en premier et le secteur nord en deuxième. Ça fait quand même quelques années que ç’a été fait, donc ça va permettre de finaliser le réseau pour cette rue-là. On va faire en même temps la surface et ce sera donc une rue plus efficace et au goût du jour. »

Pour ce qui concerne la rue L.W. Leclerc, il affirme que ces travaux ne seront pas un luxe. « Pour L.W. Leclerc, ça n’a jamais été refait depuis sa construction. (…) L’égout pluvial et l’égout sanitaire vont dans le même réseau et ce sont des vieux réseaux. Il faut vraiment séparer ces réseaux et ça va ainsi améliorer notre gestion des eaux usées. »

Compteurs d’eau

Par ailleurs, on apprenait lors de la séance du conseil de Ville de lundi soir que certaines normes et valeurs en lien avec la stratégie municipale d’économie d’eau potable n’étaient pas atteintes.

Il a été nommé dans un rapport approuvé par le MAMH que la consommation résidentielle était estimée pour le moment à 273 litres par personne par jour alors que l’objectif est plutôt d’obtenir une quantité inférieure ou égale à 220 litres.

Le DG explique que cette donnée plus élevée est due au déploiement des compteurs d’eau, qui n’est pas encore terminé.

« On n’a pas encore des compteurs d’eau sur l’ensemble des industries, commerces et institutions. Ça fait donc en sorte que les données que nous avons pour le secteur résidentiel sont faussées par la consommation de ces entreprises. On est à installer ces compteurs-là. On avait commencé en 2020 et on en a une cinquantaine d’installés sur les principales industries. En 2021, on va continuer, car on en a autour de 270 à installer. »

Du nombre, on compte également 60 résidences sélectionnées au hasard aux fins de statistiques. « Le jour où on va avoir installé tous ces compteurs, on aura une consommation qui va mieux refléter la réalité et fort probablement que l’on sera capable de respecter les objectifs du MAMH. »

Une deuxième norme qui n’est pas encore respectée concerne l’indice de fuite dans les infrastructures, qui se situe présentement à 3.1, alors que l’objectif est d’atteindre un niveau inférieur à 3.

« On doit aussi ausculter notre réseau à 200%, donc deux fois par année étant donné que l’on ne respecte pas la valeur de l’indice de fuite », explique M. Coudé.

Par contre, en ce qui concerne la pression moyenne des réseaux, celle-ci répond aux normes. « On est à 56 et il faut être au-dessus de 50. Celle-ci est respectée. »