Petits et gros chiens, accompagnés de leur maître, ont déambulé dans le centre-ville de Chicoutimi, dimanche, pour sensibiliser la population aux comportements à adopter en tant que propriétaire.

Première édition réussie pour la Marche de la civilité

La première édition de la Marche de la civilité a été un succès. Dimanche, une soixantaine de personnes, accompagnées de leur chien, se sont rassemblées devant la Petite maison blanche et ont marché jusqu'au quartier Rivère-du-Moulin afin de sensibiliser la population aux bons comportements à adopter en tant que propriétaire.
« Je trouve qu'on ne voit pas assez les gens qui sont civilisés concernant des animaux. On entend souvent parler des mauvais propriétaires, des irresponsables. Alors je voulais faire rayonner ceux qui ont un bon comportement! », raconte la fondatrice et présidente de l'organisme SOS Stérilisation, Shirley Desbiens, qui a organisé la marche.
La Marche de la civilité visait trois objectifs. En plus de faire rayonner les bons propriétaires, Mme Desbiens souhaitait également conscientiser les propriétaires aux comportements à adopter, concernant le port de la laisse ou la stérilisation, par exemple, et de faire une sensibilisation aux règlements municipaux qui sont souvent ignorés.
Pour réaliser ce troisième objectif, Mme Desbiens a obtenu une permission spéciale de la Ville pour pouvoir circuler sur le Vieux-Port avec les chiens. « C'est un endroit qui est prohibé normalement. Aujourd'hui, on peut y aller pour mettre en lumière qu'habituellement, les chiens n'ont pas d'affaires à cet endroit », explique-t-elle.
Des trajets d'une heure, d'une heure et demie et de deux heures, aller et retour, étaient offerts aux participants. Le premier départ se donnait en début d'après-midi, vers 13 h, et il y en avait jusqu'à 15 h.
Shirley Desbiens était très contente de la participation qu'elle a obtenue pour cet événement. « Je ne m'attendais pas du tout à avoir autant de personnes! Quand des marches comme celles-ci sont organisées dans les grandes villes, il y a seulement une vingtaine de personnes, mis à part cette année avec ce qui se passe avec les pitbulls. On en avait plus du double! », mentionne l'organisatrice. Vu la popularité de l'événement, elle souhaite organiser une deuxième édition. Plusieurs des participants ont profité de cette occasion de venir marcher avec leur fidèle compagnon, car il s'agit de sujets chers à leur coeur.
« Lorsque tu deviens propriétaire d'un chien, tu te rends compte à quel point n'importe qui fait de la reproduction simplement pour le plaisir de vivre la grossesse d'un chien. Après, on s'étonne que les refuges soient pleins », explique Audrey Trudel.
« Les gens ne se renseignent pas sur les chiens avant de les acheter, alors il y a beaucoup d'abandons, lorsque les "petits" chiens deviennent gros, également », ajoute Andrée-Ann Gagnon.
« Je suis tannée de me faire traiter comme si j'étais une mauvaise propriétaire de chien et de me faire pointer du doigt, car j'ai une race de chien qui a attaqué quelqu'un, une fois, loin d'ici. Il commence à y avoir des problèmes de cohabitation. Mais il y a des moyens de faire en sorte que cette cohabitation se passe bien, et c'est vraiment ça que je veux promouvoir », conclut Shirley Desbiens.