Le monastère des Augustines de Chicoutimi a été vendu au CIUSSS du Saguenay–Lac-Saint-Jean au printemps 2018.
Le monastère des Augustines de Chicoutimi a été vendu au CIUSSS du Saguenay–Lac-Saint-Jean au printemps 2018.

Premier pas vers la conversion du monastère des Augustines

Denis Villeneuve
Denis Villeneuve
Initiative de journalisme local - Le Quotidien
Le Centre intégré universitaire de Santé et Services sociaux (CIUSSS) du Saguenay–Lac-Saint-Jean prépare la conversion du monastère des Augustines de Chicoutimi en immeuble de bureaux.

Une première phase des travaux sera lancée dans les prochaines semaines avec la mise aux normes de l’immeuble en prévision de la future vocation des lieux.

Des professionnels ont été sollicités afin de déposer des offres pour rendre conformes les systèmes de protection et de détection incendie, les issues, la distribution électrique, les communications et la ventilation.

La seconde phase de travaux sera l’aménagement des secteurs de bureaux, selon les besoins de l’organisation et les contraintes physiques, architecturales et financières.

Les professionnels embauchés devront procéder à l’analyse de l’étude préparatoire rédigée en 2019, effectuer les relevés, la conception et la mise en plan des espaces à aménager, estimer les coûts et voir au suivi des travaux pendant la construction.

Selon Stéphanie Gobeil, porte-parole du CIUSSS, il est encore trop tôt pour déterminer les départements ou services qui iront loger dans le bâtiment adjacent, lequel sera éventuellement restauré. « Nous ne sommes pas prêts à dévoiler ces informations puisque les présentations n’ont pas encore été faites aux employés. Ça devrait se faire d’ici deux ou trois semaines », a-t-elle précisé.

Le siège social du CIUSSS est situé à l’édifice Sagamie.

L’immeuble de huit étages a été acquis de la communauté des Augustines au coût de 2,8 M$ au printemps 2018.

Le CIUSSS prévoit une enveloppe budgétaire d’une dizaine de millions $ pour la conversion de l’immeuble au cours de l’exercice financier 2021.

La communauté des Augustines est étroitement associée au développement des services hospitaliers au Saguenay. En 1884, cinq Augustines de la Miséricorde de Jésus de l’Hôpital général de Québec sont arrivées à Chicoutimi afin de prendre en charge un nouvel hôpital.

Ces religieuses hospitalières cloîtrées ont alors adopté le nom d’Augustines de la Miséricorde de Jésus de Chicoutimi et ont formé une communauté autonome de celle de Québec.

Sous la direction de leur première supérieure, Julie-Émilie Lamarre, dite mère Saint-Gabriel, elles se sont vouées au soin des pauvres et des malades.