Premier déploiement pour les militaires de Bagotville en temps de COVID-19 [PHOTOS]

Stéphane Bouchard
Stéphane Bouchard
Le Quotidien
Une trentaine de militaires sont partis en autobus de Bagotville, jeudi matin, vers 7h, avec comme destination finale la Roumanie. Le déploiement, qui fait partie de la mission RÉASSURANCE, avait cependant une particularité. Les membres de la 3e escadre se mettront en quarantaine durant 14 jours à Trenton, en Ontario, avant de partir pour l’Europe.

Si la pandémie de COVID-19 oblige les Forces armées à mettre en place des précautions supplémentaires pour assurer la sécurité des militaires, il est toujours aussi difficile pour les proches de ces derniers de les voir partir.

Jeudi, enfants, conjoints, conjointes et amis des militaires déployés leur disaient un dernier au revoir. Ils ne se reverront qu’à la mi-janvier 2021.

« On va t’acheter un cadeau de Noël. Toi aussi tu vas en avoir un », a lancé un des enfants du major Renaud Durand, alors qu’il s’apprêtait à monter dans l’autobus qui allait partir pour l’Ontario.

Un peu plus tôt, le major Durand confiait en entrevue avoir mal dormi la nuit dernière. « Même si je suis à mon deuxième déploiement, je ressens un peu de nervosité. On pense à tous les détails, si on a le bon équipement, si on va avoir accès au Wi-Fi, aux restrictions auxquelles on va faire face », a-t-il raconté, un des ses enfants dans les bras.

Quelques pas plus loin, dans le gymnase du Centre des ressources familiales militaire, le sergent Sébastien Boivin profitait des derniers moments en compagnie de sa famille. Ses enfants étaient encore en pyjama.

« Je me sens bien. On est bien préparé et ça va bien aller là-bas, mais c’est toujours difficile de quitter la famille et la conjointe », a raconté celui qui en était aussi à son deuxième déploiement.

Pour le sergent Sébastien Boivin, il est toujours difficile de quitter sa famille.

Les militaires rencontrés jeudi faisaient confiance aux mesures prises par les Forces armées pour éviter une contamination par le coronavirus.

À Trenton, la trentaine de personnes partie jeudi matin ne pourront pas sortir. Vers le dixième jour de leur quarantaine, ils subiront un test de dépistage de la COVID-19. Il prendront ensuite l’avion vers la Roumanie. À leur retour, il devront aussi passer par un processus d’isolement de deux semaines avant de revenir au Canada.

Les règles à suivre en Roumanie seront la responsabilité du commandant qui se trouvera là-bas.

Support à l’OTAN

L’opération RÉASSURANCE, à laquelle le Canada participe depuis 2014, est menée en collaboration avec les pays de l’OTAN.

Le colonel et commandant de la Base militaire de Bagotville, Normand Gagné, expliquait après le départ de ses troupes que le Canada envoyait des militaires en Roumanie pour participer à la défense aérienne.

Ces déploiements demandent une logistique réglée au quart de tour, et fonctionnent par phase.

« Il y a une équipe qui est déjà au sol, de 68 personnes. Ils sont en train de préparer la base pour les personnes qui viennent de quitter ce matin. Ça veut dire s’occuper des “accommodations”, des contrats pour la nourriture, que le centre d’opération soit fonctionnel quand les F-18 vont arriver. »

Un autre départ d’une trentaine de personnes est prévu le 21 août prochain. Il s’agira du sixième groupe de personnes à partir dans le cadre de cette opération.

Au plus fort des opérations, environ 135 militaires de Bagotville se trouveront en Roumanie.