Les plaisanciers sont invités à adopter de bonnes pratiques nautiques pour assurer la qualité du lac Vert.

Pour une cohabitation durable au lac Vert

Les plaisanciers les plus exemplaires devraient se trouver au lac Vert. Le site de villégiature d’Hébertville dispose maintenant d’un code de bonnes pratiques nautiques.

Le lac est l’un des premiers à avoir un code non coercitif visant à réduire certains comportements préjudiciables pour le plan d’eau.

Piloté par le Conseil régional de l’environnement et du développement durable du Saguenay-Lac-Saint-Jean (CREDD) et le Conseil de bassin versant de la Belle Rivière, le projet a été dévoilé au public, mercredi, sur la plage du lac Vert.

Des panneaux affichant les bons comportements à adopter ont été installés près du lac, deux sondages ont été réalisés et 200 dépliants ont été distribués aux résidants du secteur.

« Ce que j’aime de notre projet, c’est qu’on n’est pas dans le coercitif. On reste dans le positif. Je pense qu’ainsi, la cohabitation entre les usagers sera meilleure et surtout la santé du lac sera plus durable », lance Willie Savard, président de l’Association des riverains du secteur.

« Parce qu’il y a des gens qui ont choisi le lac Vert pour son côté nature. Ils veulent faire du kayak en été. Et il y a ceux qui veulent faire du bateau. Je pense qu’il faut respecter les deux usagers, », renchérit-il, admettant du même souffle que les plaisanciers délinquants sont très rares dans ce secteur.

En plus d’une meilleure cohabitation, le projet permettra d’assurer la qualité de l’eau du lac Vert. Un lac qui a souffert de plusieurs problèmes dans le passé.

« La municipalité a été heureuse de contribuer au projet pour préserver la qualité de l’eau du lac Vert. Nous croyons que les mesures prises se traduiront par une meilleure compréhension des pratiques de navigation », commente le maire Marc Richard.

« La santé du lac est sous contrôle, en ce moment. Il y a eu beaucoup d’efforts dans le passé pour arriver à ce résultat. Notre nouveau projet s’inscrit dans cette volonté de protéger le plan d’eau et il a permis de sensibiliser de façon préventive les résidants du secteur aux bonnes pratiques de navigation et de créer un guide pour faciliter la mise en application dans d’autres lacs de la région », ajoute Tommy Tremblay du CREDD.

En effet, le guide est disponible pour les riverains des autres lacs qui souhaiteraient adopter un code de bonnes pratiques. Hydro-Québec a versé un appui de 10 250 $ aux différentes organisations pour réaliser ce projet.