Pierre Dostie et Marie-Francine Bienvenue, candidats de Québec solidaire, dans Chicoutimi et Dubuc respectivement, ont défendu l’idée de mettre en place un régime de retraite universel pour l’ensemble des travailleurs.

Pour un régime de retraite universel

Un gouvernement formé par une majorité de députés de Québec solidaire souhaiterait protéger les travailleurs en mettant sur pied un régime de retraite universel calqué sur celui du régime d’assurance-automobile.

Cette proposition a été défendue lundi en point de presse par les candidats solidaires Marie-Francine Bienvenue, dans Dubuc, et Pierre Dostie, dans Chicoutimi.

Les deux candidats ont rappelé que 60 % des travailleurs au Québec ne sont pas couverts par un régime complémentaire de retraite privé à prestation ou à cotisation déterminée, de sorte qu’à leur prise de retraite, ces personnes se retrouvent en situation de pauvreté, ce qui constitue une injustice. Le parti politique souhaiterait mettre en place un régime de retraite leur permettant de vivre décemment avec des prestations indexées au coût de la vie à 100 %.

En ce qui a trait au financement de ce régime universel auquel cotiseraient tous les travailleurs et les entreprises, M. Dostie a mentionné que quelques points d’impôt y seraient consacrés également. Cette solution s’apparenterait, selon lui, à celle utilisée pour le financement du régime d’assurance-automobile où tous les automobilistes participent via leur paiement pour l’immatriculation de leur véhicule.

Selon Mme Bienvenue, dans le passé des compagnies ont économisé sur le dos des travailleurs en s’accordant des congés de cotisation lorsque des surplus étaient constatés. C’est le cas pour Rio Tinto, qui selon elle, aurait spolié 538 M$ à même le fonds de pension des 6000 retraités d’Alcan.

Dans le passé, le gouvernement de Lucien Bouchard a accordé des congés de cotisation de cinq années tandis que les libéraux ont poursuivi dans la même veine en y allant d’une prolongation de cinq années. « Il y a deux ans, le ministre Moreau a fait voter à l’intérieur de sa réforme des fonds de pension une clause permettant aux compagnies en difficultés de ne pas rembourser leurs lettres de créance.

Les deux candidats de Québec solidaire ont conclu que dans une société qui se respecte, il faut reconnaître le droit de vivre décemment.

Ils ont qualifié d’injustice grave la décision du gouvernement de retirer l’indexation au coût de la vie aux participants des régimes de l’État (REGOP, RRPE, etc.) ainsi que la révision à la baisse des cotisations de l’employeur aux municipalités.