Camilia Bonneau, Aziza Ez-Zaïdi et Maéva Boutin, de l’école André-Gagnon, ont peut-être fait un pas de plus vers leur orientation de carrière.

Pour que les enfants absorbent

Les intervenants en milieu incendie de plusieurs villes du Québec ont profité de leur présence à Saguenay pour prodiguer des conseils aux quelque 400 élèves de l’École primaire André-Gagnon de Chicoutimi, vendredi matin. Une activité qui survient dans le cadre du Séminaire de perfectionnement des intervenants en sécurité incendie du Québec.

Les agents ont ainsi tiré à profit les capacités d’éponge des jeunes mousses, une qualité qui se perd avec l’âge, semble-t-il !

« Ce sont eux qui vont nous aider à éduquer les parents, ce soir, à la maison, parce qu’on sait que les sujets de conversation sont liés à ce qu’ils ont fait à l’école durant la journée », a indiqué Marie-France Bergeron, lieutenante à l’éducation du public au Service incendie de Drummondville. Cette dernière a été nommée porte-parole de la Semaine de prévention des incendies, du 7 au 13 octobre, en compagnie du cuisinier Bob le Chef.

L’activité de vendredi matin à l’école André-Gagnon servait d’ailleurs de prélancement pour la semaine provinciale. La prévention était la prémisse de base des ateliers, « pour que les enfants absorbent rapidement les conseils de prévention afin d’adopter les bons comportements », a expliqué Rudy Hamel, président de l’Association des techniciens en prévention incendie du Québec (ATPIQ).

Conseils d’évacuation, parcours pompiers, manipulation d’extincteurs, erreurs à éviter dans une cuisine ; les sujets étaient nombreux dans la cour d’école, et l’intérêt des jeunes a rapidement été capté.

Différents ateliers étaient offerts sur le terrain de l’école André-Gagnon, vendredi matin.

« Habituellement, quand on dit pompier, ils ont le sourire fendu jusqu’aux oreilles et ils ont hâte d’être avec nous », a convenu M. Hamel.

Toujours à parfaire
La présence des différents intervenants à Saguenay survient au moment où ils sont rassemblés à l’hôtel La Saguenéenne pour le 52e Séminaire de perfectionnement des intervenants en sécurité incendie du Québec. Président de l’Association des pompiers instructeurs du Québec (LAPIQ), Michel Ouellette a fait remarquer que la prévention est le rôle premier des pompiers.

« C’est avec la prévention qu’on sauve des vies, ce n’est pas avec le combat incendie », a-t-il exposé.

Depuis jeudi, et jusqu’à samedi, quelque 300 intervenants obtiennent et donnent des formations sur différents sujets reliés au métier. En plus de la LAPIQ et l’ATPIQ, la Fédération québécoise des intervenants en sécurité incendie (FQISI) est représentée. Chacune des trois associations profite du rassemblement pour y tenir son assemblée générale annuelle.

Au cours des différents ateliers, les pompiers et autres intervenants du milieu parfont leurs connaissances dans un métier en constante évolution.

Rudy Hamel est le président de l’Association des techniciens en prévention incendie du Québec.

« C’est du perfectionnement théorique et pratique, a expliqué Michel Ouellette. Quand tu es pompier, tu dois être prêt à aller à l’école toute ta vie. Le travail évolue, il faut changer ses méthodes de travail, enseigner d’autres choses et adapter la formation. »