Potvin rejette les arguments de Tremblay

Le maire suppléant de Saguenay, Michel Potvin, rejette du revers de la main les prétentions du citoyen André R. Tremblay, à l’effet que la ville subirait un manque à gagner de 23 M $ annuellement en raison d’une dépréciation trop forte des usines présentes sur son territoire.

Réagissant à l’article publié mercredi dans Le Quotidien, M. Potvin affirme que les usines de Rio Tinto (RT) sont évaluées sur la même base que toutes les autres installations industrielles présentes à Saguenay. Il rappelle que le Service d’évaluation de la ville est complètement indépendant des instances politiques et juge que le travail effectué par son personnel est rigoureux.

M. Potvin ajoute que les usines présentes à Saguenay permettent d’obtenir des revenus de taxes foncières de l’ordre de 30 M $ avec l’application d’un taux de taxe fixé à 4,04 $ du 100 $ d’évaluation. En émettant l’hypothèse que les usines de RT à Saguenay soient présentes à Alma, ce serait entre 16 et 17 M $ qui entreraient dans les coffres de cette ville.

« On a regardé les chiffres et on peut affirmer qu’avec ce taux de taxes, RT paie le plus cher au Québec parmi toutes les alumineries présentes », affirme-t-il.

Le maire suppléant affirme avoir eu en mains le document produit par M. Tremblay et avoue ne pas vraiment savoir où ce dernier veut en venir. Il va même jusqu’à qualifier ce débat de stérile.

« On ne comprend pas vraiment où il veut aller. RT a le taux de taxes le plus élevé et paie le plus cher. On ne peut pas vraiment affirmer qu’on a une prise pour augmenter les revenus de ses installations. »